Transport aérien: un ex-felquiste sur la liste noire américaine

En juin 2015, Rhéal Mathieu s'est présenté à... (Photo André Pichette, Archives La Presse)

Agrandir

En juin 2015, Rhéal Mathieu s'est présenté à l'aéroport Montréal-Trudeau afin de s'envoler pour des vacances en France, mais n'a jamais pu partir en raison de la présence de son nom sur la « No Fly List » américaine.

Photo André Pichette, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La liste noire de l'aviation américaine ne vise pas que des islamistes : un ex-membre du Front de libération du Québec (FLQ) a appris avec surprise que son nom figurait sur la « No Fly List » en se faisant interdire l'accès à un vol Montréal-Paris.

Rhéal Mathieu a été reconnu coupable d'homicide involontaire... (photo archives la presse) - image 1.0

Agrandir

Rhéal Mathieu a été reconnu coupable d'homicide involontaire à la suite d'attentats à la bombe menés par la cellule Vallières-Gagnon du FLQ en 1966. Il a de nouveau été arrêté en 2000 et condamné en 2001 à la suite d'incendies criminels.

photo archives la presse

Les États-Unis refusent catégoriquement que Rhéal Mathieu se trouve dans un avion qui survole leur territoire - même pour quelques minutes au-dessus de la pointe du Maine.

Mathieu avait été reconnu coupable d'homicide involontaire à la suite d'attentats à la bombe menés par la cellule Vallières-Gagnon du FLQ en 1966. Il a de nouveau été arrêté en 2000 et condamné en 2001 à la suite d'incendies criminels contre des commerces dont l'enseigne n'était qu'en anglais - trois cafés Second Cup - dans le cadre d'une campagne d'intimidation.

Le militant indépendantiste, maintenant âgé de 71 ans, dit ignorer pourquoi son nom figure sur cette liste. « On ne peut absolument pas savoir pourquoi. C'est impossible de savoir pourquoi », déplore-t-il en entrevue téléphonique. « C'est secret. »

« Des ex-felquistes, il y en a une centaine qui ont fait de la prison. Et je suis le seul à être interdit de vol au-dessus des États-Unis », ajoute-t-il.

BLOQUÉ À L'AÉROPORT

En juin 2015, Mathieu s'est présenté à l'aéroport Montréal-Trudeau afin de s'envoler pour des vacances en France, a écrit le juge Henri Richard de la Cour du Québec le mois dernier, en se penchant sur sa demande de remboursement du forfait voyage dont il n'a jamais pu profiter.

Après avoir tenté en vain de s'enregistrer, il a été informé par une employée « que son nom apparaît sur une liste d'interdiction de vol » du département de la Sécurité intérieure des États-Unis. On a cherché à en savoir plus et les autorités américaines ont confirmé que le Rhéal Mathieu dont le nom figurait sur la liste était bien celui qui tentait de s'enregistrer à l'aéroport.

Rhéal Mathieu ignorait qu'il figurait sur la liste noire américaine. Il n'a jamais pu s'envoler.

Il a donc décidé de poursuivre son agence de voyages ainsi qu'Air Transat pour « ne pas l'avoir renseigné qu'un refus d'embarquement lui [ferait] perdre le montant total du forfait voyage ». Il leur réclamait 15 000 $.

Le juge Richard ne lui a pas accordé un sou.

«En raison du caractère particulier du passé criminel de M. Mathieu, il était de  son obligation de se renseigner sur les possibilités d'un refus d'embarquement et du non-remboursement de son forfait voyage.»

Le juge Henri Richard, dans son jugement

« M. Mathieu était mieux en mesure que quiconque de se renseigner sur les risques liés à son voyage, vu ses antécédents », a poursuivi le juge.

Mais M. Mathieu lui-même ne croit pas que la présence de son nom sur la liste soit liée à ses condamnations passées. Il a expliqué à La Presse qu'il croit plutôt avoir été ciblé par un agent du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) pendant la visite d'une mosquée au cours d'élections scolaires dans les années 90. À la même époque, il fréquentait une femme originaire du Maroc et était en contact avec des membres de la communauté marocaine.

Sa conjointe de 2015 aurait été inscrite sur la liste noire le jour de leur tentative ratée de départ pour Paris, lorsque les autorités américaines ont su qu'ils formaient un couple. Malgré la fin de leur relation, elle s'y trouverait toujours, selon Mathieu.

D'UNE PRISON À L'AUTRE

La vie adulte de Rhéal Mathieu a commencé par un long séjour en prison : à 19 ans, il a été condamné à passer presque 10 ans derrière les barreaux pour son rôle dans l'explosion de bombes à la manufacture La Grenade en mai 1966 (une secrétaire est alors tuée) et à la Dominion Textile (un membre du FLQ, Jean Corbo, est tué).

Rhéal Mathieu et ses complices sont arrêtés en août 1966 alors qu'ils planifient un vol à main armée au cinéma Jean-Talon. Ce n'est qu'à ce moment que les policiers établissent les liens qui unissaient la cellule Vallières-Gagnon aux attentats terroristes. Reconnu coupable de 13 chefs d'accusation, dont celui d'homicide involontaire, Rhéal Mathieu écope d'une peine de neuf ans et six mois, la plus sévère parmi les sept membres de la cellule.

Après sa sortie de prison, Mathieu fait sa vie comme informaticien.

C'est en 2000 que son nom revient dans l'actualité. Des commerces à l'enseigne exclusivement anglaise, dont trois Second Cup du Plateau Mont-Royal, sont la cible d'incendiaires. Les attentats sont revendiqués par un obscur groupe, la Brigade d'autodéfense du français (BAF). La police remonte le fil des communiqués de revendication et arrête Rhéal Mathieu chez lui. On y trouve notamment une carabine à canon scié.

« Mathieu est un individu important dans le groupe, on croit que c'est lui qui est responsable de la création de la BAF », affirme à l'époque le commandant de la Section des crimes contre la personne de la police de Montréal, Douglas Hurley.

En 2001, il a été condamné à quelques mois de prison, même s'il maintenait son innocence.

À présent, il affiche sa proximité avec le groupe identitaire Les Insoumis, qui n'hésite pas à exprimer son opposition à l'islam.

Il a aussi participé à la dernière campagne électorale du Bloc québécois, selon son profil Facebook.

- Avec Christiane Desjardins, La Presse




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer