Une Femen arrêtée en marge d'un évènement du Grand Prix

Neda Topaloski portait du maquillage simulant des ecchymoses... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

Neda Topaloski portait du maquillage simulant des ecchymoses pour symboliser les femmes exploitées par les réseaux de prostitution.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

« L'exploitation n'est pas une célébration! », s'est époumonée Neda Topaloski devant la foule, avant d'être plaquée au sol. Comme il y a deux ans, la militante Femen a fait un coup d'éclat mercredi après-midi en marge des festivités du Grand Prix de Formule 1 du Canada, puis a été arrêtée par les policiers.

Alors que le promoteur du Grand Prix, François Dumontier s'apprêtait à prendre la parole devant la foule rassemblée pour l'inauguration de la place du 50e anniversaire du Grand Prix du Canada au square Dorchester, la militante montréalaise s'est avancée devant la scène, seins nus, pour crier des slogans féministes dénonçant l'exploitation des femmes.

« Selon les informations dont je dispose, il y a un dispositif fumigène qui a été lancé, puis il y a une femme qui s'est mise à crier, à hurler près de la scène. », a indiqué l'agent Manuel Couture, porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Arrêtée pour avoir troublé la paix, Neda Topaloski a été libérée avec une citation à comparaître en soirée.

La femme de 31 ans entend plaider non coupable à ce chef d'accusation, a-t-elle assuré à La Presse en entrevue téléphonique. « L'activisme, ce n'est pas un crime au Canada ! Ce qui trouble la paix, ce sont les actes de violence, pas une expression politique. Je suis consciente que quand j'arrive, ça crée une commotion dans l'évènement, mais ce n'est pas pour autant la paix qui est brisée. Ça reste un message politique », explique-t-elle.

La militante montréalaise tenait à dénoncer le « tourisme sexuel » qu'amène chaque année le Grand Prix à Montréal. « À l'occasion de cet anniversaire, je voulais décrier les 50 ans d'exploitation sexuelle ou de violence sexuelle faite aux femmes concentrées en une fin de semaine », soutient-elle.  

En mars dernier, la femme de 31 ans avait été acquittée de trois chefs d'accusation de tapage et de vandalisme pour un coup d'éclat similaire en marge du Grand Prix de 2015. Neda Topaloski et une autre militante avaient interrompu un évènement du Grand Prix sur la rue Crescent. Neda Topaloski avait été violemment traînée au sol par deux agents de sécurité. Cette fois-ci, son arrestation s'est faite sans violence, précise-t-elle.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer