Exclusif

Mafia: des chefs de clan tentent d'enterrer la hache de guerre

Rocco Sollecito, ancien numéro 3 du clan des... (PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Rocco Sollecito, ancien numéro 3 du clan des Siciliens, a été tué à Laval en mai 2016.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

Plusieurs rencontres auraient eu lieu depuis la fin de l'automne dernier entre chefs de clan et individus influents liés aux mafias montréalaise et torontoise dans le but de mettre fin au conflit sanglant qui mine le crime organisé italien de la métropole québécoise depuis une dizaine d'années, a appris La Presse.

Ces efforts seraient toutefois hypothéqués, pour le moment du moins, par l'obstination des derniers résistants du clan des Siciliens, en particulier celui que la police considérait jusqu'à l'automne 2015 comme l'un des chefs de la mafia montréalaise, Stefano Sollecito.

Selon des sources policières et criminelles, il refuserait de céder certaines activités illicites, notamment le lucratif livre des paris sportifs, dont les revenus lui permettraient de continuer à livrer bataille et à financer certaines opérations.

C'est notamment dans ce contexte que deux salons de coiffure appartenant à la femme du gérant des paris sportifs de la mafia ont été la cible d'incendiaires à Laval au début du mois.

« Sollecito ne veut pas remettre le livre des paris. Il y a actuellement des contrats sur la tête de plusieurs personnes. C'est lui qui est la cause de la poursuite de la guerre», a confié à La Presse une source policière très au fait du dossier.

Depuis le meurtre de Giovanni Bertolo en août 2005 - que des policiers considèrent comme l'événement déclencheur de la guerre -, les luttes de pouvoir que se livrent les différentes factions de la mafia montréalaise seraient le mobile d'au moins 35 meurtres et d'une dizaine de tentatives de meurtre ou d'attentats, selon un décompte de La Presse.

La dernière victime de ces conflits internes est Ali Awada, 28 ans, tué à Montréal-Nord le 13 janvier dernier. Selon la police, Awada était proche des clans Scoppa et Sucapane.

Des visiteurs de Toronto

Mais depuis la fin de l'automne, les policiers ont observé à plusieurs reprises des individus liés à la mafia de Toronto venir à Montréal et participer à des rencontres. L'influent et indépendant chef de clan montréalais Andrew Scoppa aurait pris part à l'une d'elles en décembre dernier. Il semble que même des individus qui ont été associés directement et depuis toujours à l'ancien clan des Rizzuto militent pour la paix.

«Toronto a toujours joué un certain rôle. Rappelez-vous qu'à son retour des États-Unis en 2012, Vito Rizzuto s'est d'abord rendu dans la Ville Reine. Des chefs de clan de la mafia montréalaises ont des liens forts avec Toronto», explique un criminaliste.

«Au cours des 30 dernières années, Siciliens, Calabrais, tout ce monde était lié. Il n'y a plus de Blancs, de Noirs, de Jaunes, tout le monde travaille ensemble», a confié cette semaine à La Presse un homme proche du milieu criminel. 

«Il faut que la guerre arrête, ce n'est pas bon pour les affaires. Des pères et des fils meurent, des femmes et des enfants sont en deuil.» - Un homme proche du milieu criminel

La Table de direction de la mafia mise en place après la mort naturelle du parrain Vito Rizzuto n'existe plus. Des observateurs des milieux policier et criminel croient qu'une éventuelle paix déboucherait sur une nouvelle alliance mafieuse composée de représentants des branches calabraise, sicilienne et autres plutôt que sur l'avènement d'un nouveau parrain et d'une nouvelle famille dominante. Cette future alliance fonctionnerait en partenariat avec les Hells Angels, qui, pour le moment du moins, n'auraient pas l'intention de se mêler des problèmes de la mafia.

«Jamais quelqu'un ne va venir d'ailleurs, de l'Ontario, de New York ou de l'Italie, pour diriger la mafia de Montréal, ça ne passerait pas. Il y a trop d'hommes forts ici pour laisser faire ça», a ajouté notre interlocuteur proche du milieu criminel, suggérant que si des mafieux de Toronto rencontrent leurs homologues ici à Montréal, ce ne sera pas pour occuper le premier rôle. L'avenir le dira, croient pour leur part des observateurs.

***

Pour joindre Daniel Renaud, composez le 514 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l'adresse postale de La Presse.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer