Des incendiaires s'acharnent sur deux restaurants de Montréal

Une policière de la brigade des incendies criminels... (PHOTO Martin Chamberland, LA PRESSE)

Agrandir

Une policière de la brigade des incendies criminels du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) recherche des indices au Pot Masson.

PHOTO Martin Chamberland, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Concurrent aigri ? Intimidation mafieuse ? Les hypothèses se bousculent après des attaques incendiaires contre le resto-bar Pot Masson, à Rosemont, et la pizzéria No 900 à Ahuntsic.

La pizzéria No 900 de la rue Fleury est... (Photo Olivier PontBriand, La Presse) - image 1.0

Agrandir

La pizzéria No 900 de la rue Fleury est victime d’attaques à répétition.

Photo Olivier PontBriand, La Presse

Hier, rue Masson, éclats de verre et poudre absorbante gisaient sur les tables et banquettes du Pot Masson alors qu'une policière de la brigade des incendies criminels du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) menait son enquête.

Vers 4 h 40 hier matin, un passant a surpris deux hommes qui venaient de fracasser la vitrine donnant sur la 9e Avenue, juste au nord de la rue Masson.

Les malfaiteurs ont répandu de l'accélérant à l'intérieur de l'établissement, mais ils ont pris la fuite à pied vers le nord avant d'avoir pu allumer les flammes.

C'est un scénario qui se répète : le 20 décembre dernier, un incendie criminel avait été allumé au Pot Masson au milieu de la nuit. Des employés qui étaient sur place pour des travaux de rénovation étaient intervenus pour limiter les dégâts, et personne n'avait été blessé.

« Un ancien employé, un concurrent ou le crime organisé, ce sont les principales hypothèses que les enquêteurs regardent », dit Jean-Pierre Brabant, porte-parole du SPVM.

Hier, sur les lieux, la propriétaire du restaurant ouvert au printemps 2015, Roxane Mercier, a refusé d'accorder une entrevue à La Presse.

Joint au téléphone, le propriétaire du bâtiment, Elies Panagakos, a expliqué que Mme Mercier était sa bru et qu'elle habitait le logement situé au-dessus du restaurant.

« Je ne sais pas ce qui se passe, a dit M. Panagakos. Je vois les nouvelles comme vous. Il y a eu aussi une attaque sur Fleury. Je crois que c'est difficile pour la police de protéger tout le monde. »

En effet, presque en même temps, une pizzéria de la rue Fleury a aussi été prise pour cible par un incendiaire.

« C'est un policier en patrouille qui a remarqué le début d'incendie et qui l'a éteint avec l'extincteur de son auto-patrouille », a expliqué l'agent Brabant.

Une famille habitant le logement à l'étage a dû être évacuée.

Cette succursale de la chaîne No 900, qui connaît un succès fulgurant avec ses pizzas d'inspiration napolitaine, a ouvert le mois dernier.

Dans ce cas, les mêmes pistes sont envisagées par les enquêteurs, selon l'agent Brabant. Cependant, malgré la concomitance des deux événements d'hier, les policiers ne les considèrent pas comme reliés.

UN SUCCÈS QUI DÉRANGE ?

Dans la jeune trentaine, Roxane Mercier a ouvert le Pot Masson, restaurant de 90 places avec terrasse, en avril 2015, selon la page Facebook de l'établissement.

La nouvelle adresse s'est fait remarquer pour ses plats à 4,90 $ et ses prix spéciaux sur l'alcool - cinq bières pour 5 $ - de même que pour ses cocktails originaux servis dans des pots de conserve.

L'an dernier, le média local RueMasson.com a souligné le succès de cette formule avec un article au titre malheureusement prémonitoire : « Un nouveau resto en feu dès son ouverture ».

Le resto-bar est-il victime de ce succès ? C'est une possibilité qui n'étonnerait pas François Trudel, qui tient depuis 2008 le restaurant spécialisé dans les déjeuners OEuf et Boeuf, à un coin de rue de là. « On sait qu'il y a beaucoup de bars rue Masson, ils sont en train de vivre une purge », dit-il.

La Presse a tenté sans succès hier de s'entretenir avec la société de développement commercial Promenade Masson.

TROIS ATTAQUES CONTRE LE NO 900

La pizzéria No 900 de la rue Fleury est aussi victime d'attaques à répétition, explique Alexandre Brunet, un des associés fondateurs de la chaîne.

« La première semaine de la construction, une bouteille d'accélérant a été lancée dans le restaurant, dit-il. On a mis des caméras, on a tout fait pour prévenir une autre attaque. Une semaine après, ils ont essayé de défoncer les portes en acier du chantier. Et cette nuit [hier matin], ils ont encore essayé et ils ont encore manqué leur coup. »

M. Brunet a été longtemps propriétaire de la pizzéria Stromboli, avenue du Mont-Royal, où il n'a jamais eu à déplorer de menace ni d'attaque.

« On est complètement découragés, dit-il. C'est de l'intimidation, mais on ne sait pas qui s'en prend à nous. On n'a reçu aucune menace verbale, ni autrement. On ne sait pas qui on dérange ni pourquoi. »

« On va faire ce qu'on peut pour que ça ne se reproduise pas, mais on aimerait que la police en fasse une priorité », dit-il.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer