Intervention policière chez Cannabis Culture, le propriétaire arrêté

En tout, il y a eu dix arrestations,... (Photo Édouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

En tout, il y a eu dix arrestations, pour possession de stupéfiants, dont celle du promoteur Marc Emery.

Photo Édouard Plante-Fréchette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Les commerces de vente illégale de marijuana Cannabis Culture, ouverts en grande pompe jeudi à Montréal, auront défié les autorités pendant seulement deux jours, le temps de donner ou vendre du cannabis à des centaines de consommateurs. La police de Montréal a mené des opérations vendredi soir dans les six commerces exploités. Dix personnes ont été arrêtées, dont le controversé copropriétaire Marc Emery.

Le propiétaire de Cannabis Culture, Marc Emery... (Archives La Presse canadienne) - image 1.0

Agrandir

Le propiétaire de Cannabis Culture, Marc Emery

Archives La Presse canadienne

«Emprisonnez-moi si vous le voulez !», avait lancé Marc Emery, frondeur, à La Presse jeudi. Vendredi soir, celui qu'on surnomme le «Prince du pot» a dû quitter la succursale de son commerce de l'avenue Mont-Royal sur la banquette arrière d'une voiture de police. «C'est dégoûtant et c'est une injustice ! Cette arrestation est une erreur et la prohibition est une erreur ! Le premier ministre [Trudeau] est une disgrâce ! Tout comme le maire [Denis Coderre] !», a-t-il vociféré, escorté par les policiers devant les caméras de télé. Aucune accusation n'avait été portée contre lui vendredi soir. 

Six des huit commerces de la chaîne britanno-colombienne Cannabis Culture ont été perquisitionnés par des dizaines de policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) qui ont pris part à l'opération. La Presse a constaté sur les lieux que les succursales neuves de la rue Amherst et de l'Avenue Mont-Royal avaient été frappées. Les deux commerces intouchés n'avaient aucune activité. Ces magasins vendaient du cannabis aux adultes de plus de 19 ans à des fins non médicales, une activité illégale.

Dix personnes ont été arrêtées pour trafic de stupéfiants et pour possession dans un but de trafic. Le SPVM n'était pas en mesure de dire si ces suspects étaient uniquement des employés de Cannabis Culture. «L'opération ne visait pas les clients. Mais l'enquête n'est pas terminée, c'est possible que d'autres accusations criminelles soient déposées», a expliqué le commandant Stephen Verissimo des Services partagés enquêtes de la Division Nord en entrevue au quartier général du SPVM.

Le SPVM tenait à faire passer un message à la population vendredi : «La possession et le trafic de marijuana est (sic) illégal (sic) présentement. Le Service de police va appliquer la loi qui est en vigueur», a averti le commandant Verissimo. Les policiers ont saisi 18 kilos (40lbs) de cannabis, de l'argent comptant et de l'équipement servant au trafic de cannabis, selon un bilan provisoire dévoilé vendredi soir.

Jodie Emery, l'épouse de Marc Emery, affirme être en discussion avec des avocats pour faire libérer sous caution les employés qui ont été arrêtés. L'intention de Cannabis Culture est de rouvrir ses magasins aussitôt que possible. «Nous ne pouvons pas le faire pour le moment parce que les policiers sont encore sur place, mais c'est quelque chose dont nous allons discuter dès ce soir», a affirmé Mme Emery lors d'une entrevue téléphonique, en début de soirée.

 «Je demande au premier ministre Justin Trudeau, qui a lui-même avoué avoir déjà passé un joint, à se livrer à la police pour avoir violé la loi. Il est un hypocrite», a-t-elle ajouté.

«Nous espérions que les policiers aient une attitude plus progressive et tolérante. Ils devraient plutôt se concentrer sur les gangs et le crime organisé plutôt que gaspiller l'argent des contribuables en ciblant une entreprise pacifique qui ne fait que de la désobéissance civile. La conséquence de leur descente, c'est qu'ils permettent à des milliers de consommateurs d'acheter du cannabis directement du marché noir plutôt que de nos magasins», soutient Mme Emery.

En soirée, le maire Denis Coderre a réagi à l'intervention par le biais de Twitter: «Plus pertinent de mettre vos energies (sic) sur processus législatif assuré pour légalisation marijuana qu'un stunt inutile...respectez la loi».

Ce type de commerces émerge au pays au moment où Ottawa prépare pour le printemps prochain un projet de loi afin de légaliser le cannabis à des fins récréatives.

En 2010, Marc Emery avait été extradé aux États-Unis pour avoir vendu par la poste des semences de marijuana. Il avait plaidé coupable et été condamné à cinq ans de prison.

- Avec La Presse canadienne




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer