Philippines: un Canadien condamné à perpétuité pour trafic de drogue clame son innocence

Selon la police, l'instruction en trois mois seulement... (Aaron Favila, AP)

Agrandir

Selon la police, l'instruction en trois mois seulement de cette affaire avec le Canadien fait partie de la campagne très agressive de M. Duterte contre le trafic de stupéfiants, qui a fait plus de 3000 morts et lui vaut de vives critiques internationales, de l'ONU, des États-Unis et de l'Union européenne. Sur la photo, des Philippins arrêtés, car soupçonnés dans une affaire de drogue.

Aaron Favila, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Manille

Un Canadien a été condamné à la prison à vie aux Philippines pour la vente de 160 tablettes d'ecstasy, a déclaré jeudi la police, ajoutant que l'instruction rapide de cette affaire faisait partie de la guerre contre la drogue du président Rodrigo Duterte.

Jeremy Eaton, 34 ans, arrêté en juin lors d'un raid dans le quartier financier de Makati, a également été condamné à payer une amende de 500 000 pesos (10 000 dollars) pour ces accusations qu'il récuse.

Selon la police, l'instruction en trois mois seulement de cette affaire fait partie de la campagne très agressive de M. Duterte contre le trafic de stupéfiants, qui a fait plus de 3000 morts et lui vaut de vives critiques internationales, de l'ONU, des États-Unis et de l'Union européenne.

« La justice a accéléré l'instruction des affaires de drogue, et la police est plus active pour que ces affaires soient réglées rapidement », a déclaré à l'AFP Enrico Rigor, un responsable chargé de la lutte antidrogue.

Jeremy Eaton de son côté a affirmé son innocence. « Je suis entré dans le bâtiment et on m'a sauté dessus par derrière, on m'a dit que j'étais arrêté », a-t-il dit à la presse peu après son arrestation.

« On m'a fouillé. Je n'avais rien sur moi. Je n'ai jamais rien eu. Je pense que j'étais juste au mauvais endroit au mauvais moment », a-t-il ajouté.

La décision de la cour, prise le 31 août, affirme que son démenti a pu être « facilement concocté, et constitue une stratégie habituelle de défense ».

Jeremy Eaton a été arrêté en même temps qu'un Australien, Damian Berg, qui a lui aussi démenti vendre de l'ecstasy, mais dont le cas n'a pas encore été jugé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer