Complot déjoué à Halifax: deux jeunes adultes accusés de complot de meurtre

Le centre commercial de l'est d'Halifax où les deux... (Photo Darren Pittman, REUTERS)

Agrandir

Le centre commercial de l'est d'Halifax où les deux suspects avaient prévu ouvrir le feu.

Photo Darren Pittman, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Presse Canadienne
HALIFAX

Deux personnes feront face à la justice pour avoir comploté en vue d'ouvrir le feu dans un populaire centre commercial de l'est d'Halifax le jour de la Saint-Valentin, une attaque qui aurait pu entraîner un bain de sang selon la police.

Lindsay Kantha Souvannarath, une femme de 23 ans de l'Illinois, et Randall Steven Shepherd, un homme de 20 ans d'Halifax, devraient comparaître devant la cour provinciale de la Nouvelle-Écosse mardi.

Un troisième suspect, un Néo-Écossais de 17 ans, a pu recouvrer sa liberté sans qu'aucune accusation ne soit portée contre lui par manque de preuve. Déjà connu des policiers, il demeure toutefois sous enquête.

Un quatrième suspect, un jeune adulte de 19 ans, a été retrouvé sans vie par la police vendredi matin à Timberlea, une banlieue d'Halifax.

Le commandant divisionnaire de la Gendarmerie royale du Canada en Nouvelle-Écosse, Brian Brennan, a déclaré samedi que rien n'indiquait que les quatre suspects aient eu des liens avec des organisations terroristes. Le motif de leur complot demeure nébuleux, car il ne semble pas que leur amitié soit fondée sur une idéologie particulière.

Le commandant Brennan a ajouté que trois armes à canon long avaient été saisies dans la demeure de Timberlea où le cadavre de l'un des suspects a été découvert. Il n'a pas voulu révéler le type d'armes ni les circonstances de la découverte du suspect décédé.

Le directeur de l'Équipe d'intervention en cas d'incident grave de la Nouvelle-Écosse (SiRT), Ron MacDonald, a souligné samedi que le nom de ce suspect ne serait pas révélé pour l'instant, mais a confirmé qu'il avait été abattu. L'un des buts de l'enquête du SiRT est de déterminer les circonstances de sa mort.

Par ailleurs, le ministre fédéral de la Justice, Peter MacKay, a insisté samedi sur le fait que le présumé complot n'avait pas de lien avec le terrorisme. «Ce que je peux vous dire c'est qu'ils avaient l'apparence de meurtriers @mésadaptés qui s'amenaient ici ou qui y vivaient et qui se préparaient à provoquer bien des dégâts et de la pagaille au sein de notre collectivité», a lancé le conservateur, dont la circonscription se trouve en Nouvelle-Écosse.

M. MacKay a toutefois laissé entendre que les suspects auraient pu se radicaliser. «Un individu qui peut comploter quelque chose de semblable de manière aussi téméraire et avec des intentions meurtrières, je suis d'avis qu'il serait aussi susceptible d'être motivé par des groupes tels l'État islamique et autres», a-t-il exprimé.

L'enquête a débuté jeudi matin par l'appel anonyme d'un Canadien au service Info-Crime. Celui-ci a dirigé la police vers une maison de Timberlea, une banlieue paisible d'Halifax. Le commandant divisionnaire de la GRC  Brian Brennan a expliqué que Steven Shepherd se préparait à aller chercher Lindsay Kantha Souvannarath à l'aéroport d'Halifax. C'est à cet endroit qu'ils ont été arrêtés tous les deux vendredi vers 2 h du matin. La police a depuis saisi de nombreux éléments de preuve dans la résidence de Timberlea.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer