Projet Acide: les suspects laissaient des traces

Durant l'enquête, les policiers auraient constaté que les... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

Durant l'enquête, les policiers auraient constaté que les suspects obtenaient les produits servant à fabriquer les comprimés durant la semaine et les fabriquaient durant la fin de semaine, ce qui expliquerait pourquoi ils ont frappé un vendredi soir.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

Pour effacer les pistes, les présumés producteurs de méthamphétamine arrêtés vendredi soir par le SPVM auraient jeté des centaines de pilules qu'ils auraient fabriquées et ayant des défauts dans des conteneurs à déchets de restaurants de la rive nord de Montréal. Ils ne se doutaient pas, une fois qu'ils s'étaient éloignés, que les enquêteurs de la Division du crime organisé qui les épiaient récupéraient cette preuve servie sur un plateau d'argent.

Lorenzo De Rosa, Lucio Angelo, Marcello Paolucci et Rudolph... - image 1.0

Agrandir

Lorenzo De Rosa, Lucio Angelo, Marcello Paolucci et Rudolph Jean

Les enquêteurs ont ainsi accumulé pour leur preuve 25 kilos de méthamphétamine pure, a appris La Presse.

Pour tenter de déjouer les policiers, les suspects auraient loué plusieurs véhicules qu'ils auraient changés régulièrement.

Deux des accusés, Marcello Paolucci, 37 ans, un individu lié à la mafia et aux motards selon la police, et Rudolph Jean, 45 ans, un entraîneur privé, sont toujours détenus. Les trois autres, Lorenzo De Rosa, 46 ans, Lucio Angelo, 45 ans et Julie Hache, 47 ans, ont été libérés sous certaines conditions en attendant la suite des procédures.

Ils ont été arrêtés vendredi soir lors d'une enquête baptisée Acide et visant un réseau de producteurs et de distributeurs de comprimés de méthamphétamine. Les policiers ont perquisitionné à six endroits, dont un entrepôt à Mirabel et une résidence privée de Chertsey où se trouvait un laboratoire clandestin. «Sur place, les limiers ont découvert trois machines à poinçons capables de fabriquer 105 000 comprimés de méthamphétamine à l'heure», affirme le commandant Nicodemo Milano de la Division du Crime organisé de la police de Montréal.

Outre les 25 kilos de méthamphétamine saisis en cours d'enquête, les policiers ont mis la main durant les perquisitions sur de l'équipement de fabrication de comprimés, 100 000 comprimés de méthamphétamine, 7 kg de méthamphétamine en poudre, des produits anabolisants, 25 kg de phenyl-2-propanone -communément appelé P2P- un produit servant à la fabrication des comprimés, une somme totale de 15 000$ et une veste anti-balles, cette dernière ayant été trouvée chez Paolucci.

Paolucci a été arrêté chez lui le soir de l'opération tandis que Rudolph Jean a été appréhendé dans le laboratoire clandestin et Lucio Angelo alors qu'il venait d'en sortir.

Durant l'enquête, les policiers auraient constaté que les suspects obtenaient les produits servant à fabriquer les comprimés durant la semaine et les fabriquaient durant la fin de semaine, ce qui expliquerait pourquoi ils ont frappé un vendredi soir.

L'enquête a été effectuée en collaboration avec la Gendarmerie Royale du Canada (GRC) et l'Agence des services frontaliers. Le groupe tactique d'intervention (GTI) de la Sûreté du Québec a effectué une entrée dynamique dans le laboratoire de Chertsey. 

Selon la police, le réseau aurait approvisionné en comprimés de méthamphétamine les Hells Angels dans des secteurs du nord et de l'est de Montréal.

***

Pour joindre Daniel Renaud, composez le (515) 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l'adresse postale de La Presse.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer