Exclusif

Extrême droite: Québec craint les loups solitaires

Faut-il avoir peur de l'extrême droite ? Oui, selon deux récents rapports... (PHOTOMONTAGE LA PRESSE)

Agrandir

PHOTOMONTAGE LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Faut-il avoir peur de l'extrême droite ? Oui, selon deux récents rapports internes du ministère de la Sécurité publique du Québec que La Presse a obtenus, dans lesquels le gouvernement prévient que des loups solitaires pourraient commettre des « actes xénophobes violents » dans la province.

On y apprend aussi que la Sécurité publique surveille de près certains groupes et individus dits « d'intérêt » associés à l'« extrémisme de droite ».

Québec montre du doigt les attentats terroristes perpétrés en Europe en 2015 et en 2016 et « la politique d'ouverture du gouvernement fédéral au sujet de l'accueil de réfugiés syriens » pour expliquer le « regain de popularité » du mouvement dans la province.

L'un des documents sur lesquels nous avons mis la main est un état de la situation commandé en décembre 2015 dans la foulée de l'accueil de réfugiés syriens au Québec. Le deuxième, intitulé Extrémisme de droite au Québec : principaux constats, a été rédigé quelques jours à peine après l'attentat qui a coûté la vie à six personnes à la grande mosquée de Québec, le 29 janvier 2017.

Bien que largement caviardés, les deux rapports donnent une bonne idée des craintes que suscitent « les sympathisants de ce courant idéologique » auprès du gouvernement et de toute l'attention que leur porte le ministère de la Sécurité publique depuis quelques années.

«Actes xénophobes violents»

Si le rapport de 2017 précise que « la principale menace pour le Canada actuellement demeure celle que représentent les extrémistes violents qui adhèrent à l'idéologie extrémiste véhiculée par des organisations terroristes comme Al-Qaïda et le groupe armé État islamique », Québec reconnaît que les loups solitaires de l'extrême droite posent eux aussi un risque.

« On ne peut exclure la possibilité que des actes xénophobes violents soient commis par des individus adhérant aux idées d'extrême droite et agissant seuls », lit-on.

« En général, on constate que ceux qui adhèrent aux idéaux véhiculés par l'extrême droite sont principalement actifs sur internet, soit les médias sociaux ou encore à l'intérieur de forums de discussion, poursuit le texte. Ils protestent principalement contre la place grandissante que prendrait la religion musulmane dans notre société et l'insécurité culturelle qu'elle engendrerait. »

Des groupes et des individus «d'intérêts»

On découvre d'ailleurs que divers groupes et personnes précis sont dans la ligne de mire de Québec.

Dans le document de 2015, la Sécurité publique répertorie ce qu'elle décrit comme des « groupes d'intérêt qui ont réagi négativement à l'arrivée de réfugiés syriens au Québec et qui suscitent une préoccupation ». Elle dresse aussi une liste d'« individus d'intérêt qui ont tenu des propos désobligeants ou posé des actions répréhensibles à l'égard des réfugiés syriens ou de la communauté musulmane ».

Le contenu complet de ces deux listes, qui font en tout plus d'une page et demie, a été caviardé.

Cela dit, les noms de PEGIDA Québec et du Front national du Québec sont mentionnés ailleurs dans le document dans un recensement d'incidents à caractère haineux.

Un risque réel

Pour Maryse Potvin, sociologue et experte des questions de racisme et de rapports ethniques à l'UQAM, le risque qu'un adepte de l'extrême droite passe à l'acte est bien réel.

« Le loup solitaire, ça peut être une personne plus fragile qu'une autre qui va ressentir davantage l'exclusion ou la victimisation de soi et qui a besoin de confirmer son rapport de pouvoir à l'autre », explique-t-elle.

Et au Québec, « le contexte est particulièrement favorable à rendre les gens plus fragiles. Il y a un sentiment un peu plus généralisé de vivre un peu à l'aube d'une catastrophe », croit la professeure, qui souligne autant le contexte social d'ici que la série d'attentats survenus en Europe.

Mme Potvin pense notamment au débat sur les accommodements raisonnables et celui plus récent sur la charte des valeurs. « Le contexte favorise des niveaux d'intolérance parce que ça fait longtemps que ça perdure dans l'espace public et les gens ne comprennent pas toujours les enjeux et vont donc transformer [les membres d'une] minorité religieuse en boucs émissaires parce qu'ils sont le centre du débat. »

Pour la professeure, il faut agir, et vite. « C'est quand même assez urgent parce qu'on ne peut pas laisser plus d'espace aux groupes organisés. Le passage au politique [de l'extrême droite] va être encore plus dangereux. On va être pris avec un parti politique qui va légitimer encore plus ce type de discours là et qui va vouloir encore plus adopter des pratiques politiques violentes. »

- Avec la collaboration de William Leclerc, La Presse

Incidents haineux

Québec a répertorié plusieurs incidents à caractère haineux en 2015. En voici quelques-uns.

  • Après les attentats de Paris le 13 novembre 2015: Plusieurs banderoles ont été aperçues dans diverses régions du Québec sur lesquelles étaient inscrits des propos hostiles aux réfugiés, notamment à Sainte-Anne-des-Plaines, Châteauguay, Saint-Hyacinthe, Wickram, Jonquière, Baie-Comeau et Port-Cartier.
  • 14 novembre 2015: Une pétition s'opposant à l'accueil de réfugiés syriens a été lancée. Le 8 décembre 2015, plus de 75 000 personnes avaient signé.
  • 16 novembre 2015: Des individus liés à PEGIDA Québec publient sur Facebook des messages incitant à s'en prendre aux mosquées montréalaises dans la foulée des attentats de Paris. Un de ces individus publie une liste des centres musulmans de Montréal et invite les Québécois à « agir ».
  • 17 novembre 2015: Des vitrines d'une mosquée du quartier Hochelaga, Baitul Ma'Moor, sont fracassées.
  • 17 novembre 2015: Jesse Pelletier, un homme de 24 ans de Montréal-Nord, a menacé dans une vidéo diffusée sur internet et dans laquelle il apparaissait masqué d'abattre « un Arabe par semaine » afin de venger les victimes des attentats de Paris. Pelletier a été arrêté dans la nuit du 17 au 18 novembre 2015.
  • 18 novembre 2015: La mosquée Dorval, sur l'île de Montréal, fait l'objet de menaces anonymes.
  • 24 novembre 2015: La page Facebook de PEGIDA Québec est fermée par Facebook, qui considérait que le groupe avait enfreint les standards du réseau social. La page a été ouverte de nouveau le jour même par PEGIDA Québec.

Robert Proulx, militant anti-immigration, affirme que son commerce... (PHOTO FOURNIE PAR ROBERT PROULX) - image 3.0

Agrandir

Robert Proulx, militant anti-immigration, affirme que son commerce de Montreal a ete vandalise par des antifascistes tandis quil manifestait le 30 septembre a la frontiere canadienne.

PHOTO FOURNIE PAR ROBERT PROULX

Un militant identitaire porte plainte à la police

Une des figures les plus connues de La Meute, responsable de la sécurité dans plusieurs manifestations anti-immigration, accuse des militants antifascistes d'avoir vandalisé son commerce. Robert Proulx soutient, photos à l'appui, que la devanture de sa boutique informatique de la rue Bélanger, à Montréal, a été aspergée de peinture le 30 septembre dernier. M. Proulx se trouvait alors à la manifestation de Storm Alliance à la frontière canado-américaine, où il faisait partie du service d'ordre.

« Ç'a pris des heures, nettoyer tout ça, c'est dégueulasse. Je ne suis pas un riche homme d'affaires, ce commerce, c'est tout ce que j'ai », dit-il à propos de sa boutique située à Saint-Léonard. Sur le trottoir devant l'établissement, le mot « raciste » a été inscrit à l'aérosol. « Je suis convaincu que ce sont les antifas qui ont fait ça. J'ai porté plainte à la police. »

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) n'a pas voulu confirmer si une plainte avait bel et bien été déposée, ni si une enquête était en cours. Robert Proulx est un habitué des manifestations de La Meute et de Storm Alliance. Il y participe muni d'un drapeau mohawk et a souvent donné des entrevues aux médias. Il y a un mois, il aurait été exclu de La Meute, victime de la purge qui a suivi l'exclusion du cofondateur Patrick Beaudry.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer