Frappes de la GRC contre des utilisateurs du «dark web»

Par le passé, des opérations du FBI ont... (ARCHIVES BLOOMBERG)

Agrandir

Par le passé, des opérations du FBI ont ciblé des réseaux de vente de stupéfiants, d'armes ou de matériel pornographique juvénile qui utilisaient l'anonymat du «dark web» pour mener leurs activités.

ARCHIVES BLOOMBERG

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a mené une série de perquisitions à Montréal et Trois-Rivières, mercredi, dans le cadre d'une enquête conjointe avec le FBI sur des cybercriminels qui sévissaient dans les méandres du «dark web», cet ensemble de sites accessibles avec des navigateurs spéciaux et conçus pour protéger l'anonymat des utilisateurs.

Les policiers ont investi une résidence de la rue Vivier, à Trois-Rivières, ainsi qu'un mini-entrepôt loué par un particulier sur la rue Saint-Laurent, à proximité, et finalement un autre lieu non précisé, à Montréal. Personne n'a été arrêté.

À la résidence de Trois-Rivières, les policiers auraient posé des questions sur le fils d'une locataire, qui vivrait en Thaïlande depuis un certain temps, mais serait revenu visiter sa mère l'hiver dernier, selon ce qu'a confié à La Presse une source qui connaît la famille.

La GRC ne souhaitait pas préciser quelles activités précises font l'objet d'une enquête. 

«C'est une enquête conjointe, il y a un volet d'enquête aussi qui est plus du côté américain. Nous pourrons faire une annonce lorsqu'il y aura des développements», dit Camille Habel, porte-parole de la GRC.

Par le passé, des opérations du FBI ont ciblé des réseaux de vente de stupéfiants, d'armes ou de matériel pornographique juvénile qui utilisaient l'anonymat du «dark web» (aussi appelé «dark Net») pour mener leurs activités.

«Les marchés illicites du "dark Net" sont, par leur nature même, difficiles à pénétrer. Mais pas impossibles», précise le FBI sur son site web.

«Il y a des usages - et des usagers - légitimes du "dark Net". Mais en raison de l'anonymat qu'il offre, de nombreux criminels et organisations criminelles gravitent vers le "dark Net", où ils font affaire à travers des marchés en ligne créés pour de vils motifs», ajoute la police fédérale américaine.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer