27 arrestations liées au trafic de drogue en Ontario

Une enquête de divers corps de police a permis le démantèlement d'un réseau de... (Photo Chris Young, archives PC)

Agrandir

Photo Chris Young, archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
TORONTO

Une enquête de divers corps de police a permis le démantèlement d'un réseau de trafiquants de drogue qui oeuvrait dans le sud de l'Ontario et qui avait tissé des liens jusqu'aux États-Unis.

Selon ce qu'a rapporté la police de Toronto, jeudi, une enquête de sept mois a mené à l'arrestation de 27 personnes, qui feront face à des accusations de trafic de drogue et de crime organisé. Près de 300 kilos de diverses substances ont également été saisis, de même que huit armes à feu et une somme de 2,4 millions $ en argent comptant.

La police ne précise pas, cependant, à quel moment les arrestations ont été effectuées.

De la cocaïne, du cannabis, de la méthamphétamine, de l'opium, de la kétamine ainsi que du fentanyl comptent parmi les stupéfiants saisis, en plus de 103 kilos de produits de coupe pour la cocaïne.

Parmi les armes à feu se trouvaient un pistolet-mitrailleur TEC-9, une carabine SKS, une arme de poing Springfield de calibre 40 ainsi que deux fusils de chasse de calibre 12. Le tout, accompagné de 418 munitions.

Les policiers ont également saisi des comptes bancaires, des immeubles en copropriété et des compteurs d'argent d'une valeur de près de 3,4 millions $ - des revenus qui seraient tirés d'activités criminelles.

L'enquête, baptisée «Project Beyond», a impliqué l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), la police de Toronto et la police régionale de York.

Le chef du service de police de Toronto, Gord Sneddon, a affirmé, jeudi, que la portée du réseau de distribution, de trafic et d'exportation de stupéfiants s'étendait au-delà des frontières de la province.

«Nous avons travaillé avec l'agence américaine de lutte contre les stupéfiants, surtout dans l'État de New York, et nous avons eu un certain succès», a-t-il déclaré.

M. Sneddon a ajouté que l'organisation, dont on ignore le nom, était sophistiquée et que ses membres provenaient de divers groupes ethniques.

«Le dénominateur commun est le désir de tirer profit de la misère des autres», a-t-il déploré.

Les enquêteurs avancent que Kevin Er, de Richmond Hill, en Ontario, était le dirigeant de l'organisation. Selon Dieter Boeheim, un enquêteur de la police de York, 15 accusations ont été déposées à l'endroit de Kevin Er, 40 ans, qui était connu des autorités.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer