Mort d'un cycliste à Québec: un policier accusé de conduite dangereuse

Les policiers de Québec avaient procédés à une... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Les policiers de Québec avaient procédés à une reconstitution de l'accident qui a coûté la vie à Guy Blouin.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour la troisième fois cette année, un policier devra faire face à la justice dans la foulée d'un incident survenu dans le cadre de ses fonctions.

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), a annoncé ce matin que Simon Beaulieu, un policier du Service de police de la Ville de Québec impliqué dans l'intervention policière qui a mené au décès de Guy Blouin le 3 septembre 2014 à Québec, devra faire face à la justice.

La victime âgée de 48 ans roulait à vélo dans le quartier St-Roch lorsqu'il a été heurté par une auto-patrouille. Des témoins avaient raconté que les agents faisaient marche arrière pour interpeller l'homme qui circulait à vélo à sens inverse lorsqu'ils l'ont frappé.

Le policier au volant est accusé de conduite dangereuse causant la mort et de négligence criminelle causant la mort en vertu de l'article.

Deux autres cas

En février, un policier de la Sûreté du Québec a été arrêté et accusé d'homicide involontaire à la suite d'une enquête sur la mort de David Lacour, un adolescent qu'il aurait abattu l'an dernier à Sainte-Adèle.

Le mandat d'arrestation du DPCP disait que Éric Deslauriers « a causé la mort de D.-H.L. [David Huyghes Lacour] en déchargeant intentionnellement une arme à feu sans se soucier de la vie ou de la sécurité d'autrui, commettant ainsi un homicide involontaire coupable ».

Puis en mai, le policier de la SQ qui était au volant d'une voiture de filature qui a happé mortellement un garçon de 5 ans l'an dernier à Longueuil a accusé de conduite dangereuse ayant causé la mort au terme d'une enquête indépendante commandée par la ministre de la Justice en personne après la publication de plusieurs reportages de La Presse.

Le 13 février 2014, Mike Belance conduisait son fils Nicholas à la garderie. Comme tous les matins, peu avant 8h, il circulait sur le boulevard Gaétan-Boucher, à Longueuil, dans l'arrondissement de Saint-Hubert. À l'angle du boulevard Davis, il a amorcé un virage à gauche, s'engageant du même coup dans la voie de circulation inverse.

Une voiture banalisée conduite par un enquêteur de 29 ans de la SQ arrivait à toute vitesse dans une zone de 50 km/h. Le véhicule a percuté de plein fouet le côté arrière droit de la Kia grise de M. Belance, là où était assis son fils. Le jeune père de famille aurait mal évalué la distance, mais surtout la vitesse inhabituellement élevée de la voiture qui roulait dans sa direction.

En novembre, au terme de neuf mois d'une enquête menée par la police de Montréal, le DPCP a décidé de ne pas porter d'accusations contre le policier qui était au volant.

C'est La Presse qui a révélé que le policier ne répondait pas à un appel d'urgence et roulait à plus de 120 km/h dans une zone de 50. Il participait à une filature dans le cadre d'une enquête. L'affaire a grandement ébranlé la confiance du public envers le système de justice. Elle a eu des répercussions jusqu'au bureau du premier ministre et forcé la tenue d'une nouvelle enquête.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer