Compteurs d'eau: l'UPAC chez Morrow Communications

À l'UPAC, on se borne à confirmer qu'il... (Photo François Roy, La Presse)

Agrandir

À l'UPAC, on se borne à confirmer qu'il y a une opération en cours et que celle-ci concerne le même dossier d'enquête que toutes les frappes effectuées depuis le 2 juillet dernier.

Photo François Roy, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'enquête sur les compteurs d'eau à Montréal continue de tenir occupée l'Unité permanente anticorruption (UPAC) qui procède actuellement à une perquisition chez Morrow Communications.

La circulation des policiers dans la tour de bureaux où loge Morrow Communications n'est pas passée inaperçue. Il s'agit d'une septième journée de perquisitions en quatre semaines en lien avec le scandale des compteurs d'eau.

À l'UPAC, on se borne à confirmer qu'il y a une opération en cours et que celle-ci concerne le même dossier d'enquête que toutes les frappes effectuées depuis le 2 juillet dernier. «Cinq enquêteurs sont sur place. Il y aura des rencontres de témoins, mais aucune arrestation», a indiqué Anne-Frédérick Laurence, porte-parole de l'UPAC.

Morrow Communications est une entreprise de relations publiques présidée par André Morrow. Ce dernier a travaillé étroitement avec l'ancien maire Gérald Tremblay et son parti Union Montréal. Morrow Communications a notamment participé à la campagne électorale municipale de 2005.

À la même époque, l'administration Tremblay-Zampino allait de l'avant avec le dossier des compteurs d'eau. Le contrat de 355 millions sera accordé au consortium Génieau (Dessau et Simard-Beaudry) en 2007 puis annulé deux ans plus tard compte tenu des irrégularités soulevées par le vérificateur général de Montréal.

Mais lors de l'octroi du contrat, en décembre 2007, la Ville de Montréal avait prévu mettre en place une cellule de crise au chapitre des communications. «Comme le projet vise un changement culturel important, l'aspect des communications prend une dimension importante. [...] Une attention particulière sera accordée à tous les groupes d'opinions lors du démarrage du projet», peut-on lire dans les documents soumis aux élus lors de son approbation au comité exécutif.

Par ailleurs, la participation de Morrow Communications aux élections de 2005 pour accompagner Union Montréal, a soulevé des questions à la commission Charbonneau. André Morrow a été convoqué à la barre des témoins en mars 2013 pour avoir été payé par la firme de génie SNC-Lavalin pour des services rendus à Union Montréal. M. Morrow a nié catégoriquement ce que qui avait été affirmé par l'ancien vice-président de SNC-Lavalin, Yves Cadotte.

En juin dernier, Morrow Communications a pris une nouvelle identité, soit MW3.

André Morrow est le conjoint de l'ancienne ministre libérale Liza Frulla. Il y a deux semaines, Mme Frulla a été nommée par le conseil des ministres afin de diriger l'Institut du tourisme et d'hôtellerie du Québec (ITHQ).

D'autres détails suivront.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer