L'ex-Nomad Richard Mayrand de nouveau libéré

Richard Dick Mayrand... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Richard Dick Mayrand

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Daniel Renaud
La Presse

L'ancien Hells Angels Richard Mayrand a pu de nouveau recouvrer sa liberté ce matin, après avoir passé les trois derniers mois derrière les barreaux.

Mayrand, ex-membre influent du groupe d'élite des Nomads et lieutenant de la garde rapprochée de Maurice Boucher, a été libéré d'office en décembre après avoir purgé la moitié d'une longue peine, mais a été renvoyé au pénitencier à la mi-février, car les services carcéraux considéraient qu'il avait brisé ses conditions.

Après sa libération avant Noël, Mayrand, un adepte de culturisme et d'alimentation, a manifesté l'intention de travailler comme entraîneur, à 18$ de l'heure, au Pro-Gym Serge Moreau, situé sur la rue Hochelaga. La police considère le propriétaire de cet établissement, où de nombreuses vidéos de surveillance de membres des Hells Angels ont été tournées durant l'enquête de Printemps 2001, comme étant lié aux motards, et l'endroit en tant que tel, comme «un château fort» des Hells Angels. 

De plus, le soir du 8 février, les autorités carcérales se sont inquiétées du fait que Mayrand ait pris un certain temps avant de se rapporter à elles, et mis en doute ses explications voulant qu'il se déplaçait simplement en voiture.

C'est après ces deux événements que les autorités ont considéré que Mayrand avait brisé ses conditions et l'ont de nouveau arrêté. Elles ont cru Mayrand «motivé» à reprendre ses liens avec les Hells Angels et qu'il représentait ainsi un risque pour la société.

Devant un commissaire des libérations conditionnelles ce matin à Laval, Mayrand a dit n'avoir jamais brisé ses conditions. Il a assuré n'avoir pas mis les pieds au Pro-Gym depuis sa libération en décembre et ne pas avoir insisté pour y travailler. 

Il a ajouté qu'une lettre envoyée par Serge Moreau demandant aux autorités de permettre à Richard Mayrand de travailler au Pro-Gym était une initiative personnelle du propriétaire dont il n'était pas au courant. Il a dit ne pas lui avoir parlé depuis 15 ans. 

«J'ai été dans les Hells Angels durant 25 ans. J'ai fait de la prison durant 14 ans. C'est difficile pour moi de me trouver un emploi. Il a sûrement voulu m'aider», a dit Mayrand qui ajoute n'avoir plus de lien avec les Hells Angels et avoir quitté leurs rangs.

Par contre, la Sûreté du Québec considère que Mayrand a le même statut que lorsqu'il a été condamné en 2004 et attend de voir ses agissements dans la société avant de le considérer comme n'étant plus lié aux Hells Angels.

Après avoir écouté les explications de l'ancien motard, le commissaire a accepté d'annuler la suspension de sa libération d'office, mais lui a imposé des conditions supplémentaires de ne pas se rendre au Pro-Gym et de ne fréquenter aucun habitué de l'endroit, sauf une proche.

Richard Mayrand devra retourner en maison de transition, en vertu d'une condition spéciale imposée à sa libération d'office. 

Avant son arrestation en février, Mayrand avait commencé à occuper un emploi de briqueteur qu'il compte maintenant reprendre. Sa sentence prendra fin en 2020. 

*** 

Richard Mayrand

51 ans

Surnom : Dick

Ex-membre des Nomads

Condamné à 22 ans pour gangstérisme, complot pour meurtre et trafic de stupéfiants après l'opération printemps 2001. La police considère qu'il avait pris la relève de Maurice Boucher lorsque ce dernier a été arrêté pour les meurtres des gardiens de prison.

Il a été l'un des émissaires de la paix avec les Rock Machine en 2000.

Son frère était aussi un Hells Angels mort dans la tuerie de Lennoxville en 1985.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer