Une gardienne d'enfants recherchée par Interpol

Une gardienne d'enfants qui aurait fui le Canada après avoir secoué à mort un... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une gardienne d'enfants qui aurait fui le Canada après avoir secoué à mort un bébé de 11 mois dont elle avait la charge dans sa garderie de Montréal est actuellement recherchée par Interpol, a appris La Presse.

Depuis octobre, Allaoui Khadidja, 35 ans, fait l'objet d'un mandat d'arrestation international pour homicide involontaire. Mais le crime qu'on lui reproche remonte à beaucoup plus loin.

En juin 2011, Noémie Lu, 11 mois, fréquentait la garderie en milieu familial Les trois petits chats de Mme Khadidja, rue de la Poudrière, à Verdun.

Le matin du 28, vers 10h30, la gardienne a appelé le 911. La petite Noémie était inconsciente, a-t-elle dit au répartiteur qui était au bout du fil. Elle a aussi appelé d'urgence la mère de la petite, qui est accourue à la garderie. Trop tard.

À l'arrivée des ambulanciers paramédicaux, la fillette était inerte. Elle a été transportée en ambulance à l'Hôpital de Montréal pour enfants, où elle a été admise aux soins intensifs. Les médecins n'ont pu que constater son décès.

Sur le coup, rien n'indiquait que Noémie avait été maltraitée.

Mais au terme de son enquête, la coroner chargée de l'affaire a conclu à un traumatisme cérébral «non accidentel», lit-on dans son rapport. Les résultats de l'autopsie ne laissaient place à aucun doute: il s'agissait d'un cas de bébé secoué.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a donc ouvert une enquête et un mandat d'arrestation contre Allaoui Khadidja a été lancé en janvier 2012, indique le porte-parole Jean-Pierre Brabant, de la police de Montréal. Mais Khadidja avait déjà quitté le pays.

Selon nos informations, la femme a pris le large dès les semaines qui ont suivi le drame, avant même que les résultats de l'autopsie ne soient connus. Son entreprise a même été officiellement radiée du registre des entreprises. Elle s'est réfugiée en Algérie, où les enquêteurs du SPVM l'ont repérée en avril dernier. «Nous avons réussi à la joindre pour lui expliquer qu'on avait un mandat et nous lui avons demandé de revenir au Canada. Elle a refusé», explique Jean-Pierre Brabant.

Le SPVM s'est donc adressé à Interpol afin qu'elle soit arrêtée et rapatriée pour faire face à la justice canadienne. La trentenaire est dans le radar des corps policiers du monde entier depuis le mois d'octobre.

Un autre cas récent

La mort de la petite Noémie, qui est officiellement classée comme un meurtre par les autorités, est survenue à peine un mois après celle d'un autre bébé, qui aurait lui aussi été secoué par sa gardienne.

Loghann Gauthier, 11 mois, est mort en mai 2011 après être «tombé sur la tête» à la garderie, selon ce que l'éducatrice a raconté aux parents. Ceux-ci ont déposé une poursuite de 225 000$ contre les responsables de l'endroit, dans laquelle ils affirment que les expertises médicales et l'enquête policière indiquent que Loghann est décédé des suites du syndrome du bébé secoué. Aucune accusation n'a encore été déposée.

Et en 2009, un poupon a failli mourir dans des circonstances semblables dans une garderie familiale sur la Rive-Sud.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer