Guichets automatiques: démantèlement d'un réseau de fraudeurs

L'ingéniosité et l'audace des fraudeurs ne se démentent pas. (PHOTO ANNE GAUTHIER, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ANNE GAUTHIER, LA PRESSE

Pierre Saint-Arnaud
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

L'ingéniosité et l'audace des fraudeurs ne se démentent pas.

La Sûreté du Québec (SQ) a démantelé jeudi un réseau de fraudeurs qui trafiquaient des guichets automatiques en plein jour directement aux portes des institutions bancaires afin de cloner des cartes de débit de clients.

«Les individus arrêtés auraient trafiqué au moins 200 guichets automatiques, commettant ainsi des fraudes pour un montant supérieur à un million de dollars», a indiqué le capitaine Richard Gauthier, de la section des crimes économiques à la SQ lors d'un point de presse où il a fait la démonstration du modus operandi des fraudeurs.

Une série de perquisitions a permis l'arrestation de quatre individus d'origine bulgare dans la région de Saint-Sauveur, dans les Laurentides, dont la tête dirigeante du réseau, Martin Antonov Kuzov, 52 ans.

Quatre autres suspects, qui habitent dans la région de Toronto, sont activement recherchés.

Le stratagème consistait à ajouter un appareil là où la carte de guichet est introduite et qui permettait de lire les informations contenues sur la bande magnétique. Une autre pièce dissimulant une caméra était fixée sur la partie supérieure de la façade du guichet afin de capter le numéro d'identification personnel (NIP) de la victime.

«Les fraudeurs, alors en possession des NIPs ainsi que des numéros de carte, procédaient ensuite à d'importants retraits à l'étranger», a expliqué le capitaine Gauthier.

Les fraudeurs devaient repasser au guichet pour recueillir les appareils et leurs informations au bout de deux heures environ, soit la durée d'utilisation des piles contenues dans les appareils, des opérations se faisaient au vu et au su de tous.

«C'est surprenant de voir parfois qu'il y a quelqu'un qui va entrer, retirer de l'argent et les suspects sont à côté, ils font l'installation et les gens ne les remarquent pas, a raconté le policier. On le voit sur une vidéo (fournie par une institution bancaire) où les deux sont en train d'installer l'équipement, la personne à côté retire son argent et c'est fini. Ça prend cinq minutes.»

Les informations permettaient de fabriquer des cartes clonées qui étaient utilisées pour effectuer des retraits à l'étranger, dans des guichets qui ne lisent que la bande magnétique. Plusieurs pays d'Amérique du Sud et d'Asie et même les États-Unis ont servi de point de chute pour les retraits frauduleux.

Les guichets trafiqués se trouvaient notamment dans la grande région de Montréal et ses couronnes, en Montérégie, à Québec et à Gatineau, mais aussi en Ontario. La grande majorité des victimes sont Québécoises.

La Sûreté souligne qu'il est possible de se prémunir contre ce genre de fraude en plaçant une main au-dessus de celle qui compose le NIP, afin d'empêcher la caméra de capter le précieux code.

Les autres suspects appréhendés à Saint-Sauveur sont Vassilina Dimitrova, 48 ans, Borislav Petrov, 53 ans et Iren Vasilev Atanasov, 42 ans. Les quatre suspects comparaîtront à Saint-Jérôme pour faire face à des accusations de trafic de données, de fraude, de possession d'instrument et de possession de données.

Les quatre personnes toujours recherchées sont Konstantin Sirakov, 39 ans et Stefan Stefanov, 45 ans, tous deux de Toronto, ainsi que Vencislav Gigov, 53 ans et Valentin Borisov, 51 ans, domiciliés à North York.

> En savoir plus sur le site de la SQ




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer