La GRC utilise un drone à l'Île-du-Prince-Édouard

L'appareil du même genre que celui-ci est muni... (Photo fournie par Draganfly.com)

Agrandir

L'appareil du même genre que celui-ci est muni d'une caméra qui capte des images qui peuvent ensuite être relayées aux policiers au sol.

Photo fournie par Draganfly.com

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Presse Canadienne
Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard

Les policiers de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) de l'Île-du-Prince-Édouard disposent désormais d'un petit objet volant non-habité qui peut leur être utile lors de la tenue de certaines enquêtes.

Il s'agit d'un petit drone muni de six hélices, dont le format équivaut à la taille d'une grande pizza. Il est muni d'une caméra qui capte des images qui peuvent ensuite être relayées aux policiers au sol.

Les policiers fédéraux de l'Île-du-Prince-Édouard peuvent l'utiliser, par exemple, lors de la reconstitution aérienne de scènes d'accidents de la circulation.

L'usage du petit appareil, qui vaut 18 000 $ leur permet de ne plus recourir aussi souvent à un hélicoptère qu'ils devaient faire venir de Moncton, au Nouveau-Brunswick, chaque fois qu'ils en avaient besoin, moyennant de frais horaires de 1000 $.

L'objet volant provient de la GRC en Saskatchewan, où il y en avait un en surplus.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer