Surveillance de journalistes: 14 juristes réclament une enquête publique

Le président de Juripop, Marc-Antoine Cloutier... (Archives La Presse, David Boily)

Agrandir

Le président de Juripop, Marc-Antoine Cloutier

Archives La Presse, David Boily

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Un groupe de 14 juristes réclame une enquête publique sur l'écoute et l'espionnage des médias et journalistes.

Les juristes regroupés pour l'occasion par la Clinique juridique Juripop estiment dans leur lettre ouverte que la surveillance policière du journaliste Patrick Lagacé, qui a été visé par 24 mandats émis par un juge de paix, constitue une atteinte grave aux garanties constitutionnelles et un dangereux précédent pour notre société de droit.

Ils questionnent le processus qui mène les juges de paix à lancer de tels mandats. À leur avis, depuis quelque temps, le pouvoir judiciaire est fréquemment utilisé à l'encontre de la liberté de presse.

Ils font état, en outre, de l'ordinateur de Michaël Nguyen, journaliste du Journal de Montréal, qui a été perquisitionné; d'une filature de Joël-Denis Bellavance, de La Presse, qui a été autorisée et de la perquisition à la résidence d'Éric-Yvan Lemay, journaliste du Journal de Montréal.

Les signataires croient donc que les ministres de la Justice et de la Sécurité publique doivent ordonner qu'une enquête permette de revoir les lois, préciser les règles qui permettent l'émission des mandats et révisent le processus de nomination des juges de paix, de leur formation et de leur rémunération.

Parmi les signataires de la lettre figurent Marc-Antoine Cloutier, qui dirige la Clinique juridique Juripop, de même que les avocats Julius Grey et Daniel Turp.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer