Amir Khadir porte plainte pour fraude contre Uber

Amir Khadir de Québec solidaire et Nancy Drolet,... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

Amir Khadir de Québec solidaire et Nancy Drolet, propriétaire et chauffeur de taxi, sortent du quartier général de la Sûreté du Québec, à Québec.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec et Montréal) À quelques heures du début de la commission parlementaire sur l'industrie du taxi, le député de Québec solidaire Amir Khadir s'est rendu tôt ce matin au quartier général de la Sûreté du Québec pour porter plainte contre deux dirigeants d'Uber pour fraude.

La plainte de M. Khadir vise le directeur général d'Uber à Montréal, Jean-Nicolas Guillemette, et son homologue de Toronto, Ian Black.

Québec solidaire indique que la plainte est basée sur l'article 380 du Code criminel, qui traite de fraude. 

«Ce que les conducteurs d'Uber doivent savoir, c'est que l'article 380.1 du Code criminel dit que lorsqu'une entreprise ou des personnes utilisent des moyens qui sont trompeurs, utilisent la ruse et contournent les lois de façon systématique, et que ça cause un préjudice à d'autres personnes, c'est passible d'accusations criminelles et ça peut entraîner des peines d'emprisonnement», a affirmé M. Khadir à sa sortie du quartier général de la SQ. 

«Uber continue de mentir à ses chauffeurs, à leur faire croire que ce qu'ils font est une activité légale. C'est un message de prudence que nous lançons : on ne peut pas continuer à défier la loi indéfiniment, impunément.»

Le député est arrivé tôt en matinée à bord d'un convoi de quatre taxis. Le groupe a rencontré pendant plus d'une heure des responsables de la division des crimes économiques de la SQ. Plusieurs documents leur ont été donnés. «La rencontre s'est très bien déroulée. Nous sommes très reconnaissants envers les responsables de la division des crimes économiques, qui se sont déplacés de l'extérieur pour nous rencontrer», a ajouté M. Khadir.

L'Assemblée nationale se penchera à partir de 13h sur l'avenir du transporteur californien, dont le service UberX utilise de chauffeurs sans permis pour transporter la clientèle. Pour une rare fois, Uber a tenu aujourd'hui une conférence de presse en présence de ces chauffeurs, dans un hôtel de Montréal, pour parler de la position qu'elle défendra en commission parlementaire.

Le directeur général d'Uber au Québec a réagi lors de cette conférence de presse. «L'intimidation ne nous arrêtera pas. M. Khadir a choisi son camp, a pris celui des taxis. C'est correct d'avoir des opinions divergentes, mais l'objectif est de nous faire peur, de me faire peur personnellement. L'intimidation que ce soit les chauffeurs partenaires qui la vivent quotidiennement ou moi qui a de jeunes enfants, je suis ici pour dire que ça ne nous arrêtera pas. M. Khadir devrait consulter sa population parce que le Plateau-Mont-Royal est l'endroit au Québec où on a le plus de demandes. Plus de 4000 habitants du Plateau téléchargent notre application chaque mois. Je pense que le message envoyé par les concitoyens et les gens qui votent pour M. Khadir est clair et son devoir est de représenter la population, pas l'industrie du taxi.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer