Le système de justice démystifié pour les enfants

La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée (au... (PHOTO Martin Chamberland, LA PRESSE)

Agrandir

La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée (au centre), a tenu une conférence de presse pour lancer le programme.

PHOTO Martin Chamberland, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Qu'est-ce qu'un procureur? Comment fonctionnent les tribunaux ? Des centaines d'élèves de cinquième année du Québec seront initiés à ces questions complexes par des procureurs bénévoles dans le cadre d'un programme de sensibilisation à la justice lancé jeudi par le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) et la ministre de la Justice Stéphanie Vallée.

Quelque 350 enfants de 11 écoles de la province profiteront du Projet d'enrichissement juridique et décisionnel, inspiré du Project LEAD, un programme lancé à Los Angeles, il y a une vingtaine d'années. Concrètement, une trentaine de procureurs volontaires du DPCP rencontreront les enfants pendant 18 semaines pour leur enseigner les rouages du système de justice québécois. Ils concluront cette formation par un procès simulé dans un palais de justice.

Grâce à ce projet, le DPCP et la ministre Vallée souhaitent travailler «en amont» pour permettre aux jeunes de «faire les bons choix», alors qu'ils sont à l'aube de l'adolescence. «Les initiatives comme celles-là sont pour moi très importantes, parce qu'elles permettent aux jeunes de se familiariser avec des concepts qui ne sont pas toujours simples. Elles permettent aux jeunes de comprendre le processus judiciaire. Qu'est-ce qui arrive quand on fait un mauvais coup et qu'on se retrouve devant le tribunal? Quelles sont les conséquences?», a affirmé la ministre Vallée, en entrevue avec La Presse, dans une école primaire de Boucherville.

Il n'est toutefois pas envisagé à court terme d'étendre le projet à l'ensemble du Québec. « Il faut quand même grossir doucement pour s'assurer de la qualité et de l'adaptabilité. Il y a beaucoup de procureurs qui attendent tout simplement qu'on dise : allez-y, et on va tenter de s'étendre un peu partout pour couvrir toutes les régions», a expliqué Annick Murphy, directrice du DPCP. Les procureurs, déjà fort occupés, préparent toutefois leurs séances pendant leurs temps libres, tout en conservant la même charge de travail.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer