Exclusif

Le Barreau de Longueuil dénonce la suspension de la bâtonnière

Me Lu Chan Khuong... (PHOTO YAN DOUBLET, ARCHIVES LE SOLEIL)

Agrandir

Me Lu Chan Khuong

PHOTO YAN DOUBLET, ARCHIVES LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Barreau de Longueuil a adopté vendredi une résolution en appui à la nouvelle bâtonnière du Québec, Me Lu Chan Khuong, suspendue cette semaine après que La Presse eut révélé qu'elle avait fait l'objet d'une plainte à la police pour vol à l'étalage.

« Le Barreau de Longueuil est préoccupé par la célérité du processus qui a mené à la décision du conseil d'administration [du Barreau du Québec] de même que par la disproportion existante entre la conséquence de la décision et la gravité objective de ce qui est reproché », selon la résolution adoptée à l'unanimité par le conseil d'administration du Barreau de Longueuil dont La Presse a obtenu une copie.

« La règle de base est qu'il faut un délai raisonnable avant une audition pour permettre de se défendre adéquatement », a expliqué Me David Dubois, secrétaire du C.A.

Il précise que le dossier de plainte pour vol de Me Khuong a été traité par le programme de déjudiciarisation et que les informations liées à cette affaire devaient donc rester confidentielles. « Ça n'aurait jamais dû sortir, c'est du coulage d'information illégal, ajoute Me Dubois. Si un représentant du directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a décidé que ça ne valait pas la peine de judiciariser le dossier, c'est qu'il avait de bonnes raisons. »

Ce « coulage d'information » est d'autant plus inquiétant, selon Me Dubois, qu'il survient dans un contexte particulier, soit un mois après l'élection de la bâtonnière, avec 63 % des voix.

« Logiquement, c'était au tour de Me Khuong d'être bâtonnière, mais des gens ont décidé qu'il y aurait des élections et ça a joué du coude. Plusieurs personnes ne la voulaient pas [comme bâtonnière] et certains d'entre eux siègent sur le C.A. du Barreau du Québec... alors ça laisse planer un certain doute », a dit Me David Dubois, secrétaire du C.A. du Barreau de Longueuil.

« Vendetta » 

Le Barreau de Longueuil demande le maintien en poste de la bâtonnière et exige qu'une instance indépendante fasse la lumière sur toute cette histoire en tenant, le cas échéant, une audition rigoureuse et transparente.

Le Barreau de Longueuil se questionne notamment sur la légalité d'une éventuelle procédure de destitution de la bâtonnière par le C.A.

« On a demandé à voir les articles précis et on nous a répondu sans nous donner les articles qui permettraient de le faire », dit-il.

Le Barreau de Longueuil dit avoir voté cette résolution à la demande de plusieurs de ses 1300 membres. « On a eu plusieurs appels de nos membres qui trouvaient que cette histoire ressemblait à une vendetta », dit-il. Me Dubois ignore les positions des 14 autres barreaux des régions du Québec. « On ne fait pas campagne pour rallier d'autres barreaux », a-t-il martelé.

Il s'agit d'un nouvel appui pour la bâtonnière. Vendredi, 75 avocats ont également signé une lettre se portant à la défense de MeKhuong dans laquelle ils demandent une enquête sur le processus de divulgation de cette histoire.

Me Khuong, qui est avocate chez Bellemare Avocats aux côtés de son conjoint Marc Bellemare, ancien ministre de la Justice, a toujours nié avoir commis un vol au Simons du Carrefour Laval le 17 avril 2014. Elle plaide plutôt une erreur d'inattention. Elle entend contester sa suspension devant les tribunaux.

Il n'a pas été possible de joindre le Barreau du Québec samedi.

- Avec la collaboration de Jean-François Bégin, La Presse

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer