Un juge tient des propos offensants en cour

Nommé juge en 1995, Antonio De Michele n'en sera... (PHOTO THINKSTOCK)

Agrandir

Nommé juge en 1995, Antonio De Michele n'en sera pas à sa première expérience devant le Conseil de la magistrature. En 2009, il avait été réprimandé pour avoir fait des commentaires cassants à une citoyenne en pleine audience.

PHOTO THINKSTOCK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un juge montréalais est dans une position délicate depuis qu'il a demandé, en pleine audience, à des résidents au Canada d'origine africaine s'ils pouvaient être porteurs du virus Ebola.

Antonio De Michele, de la Cour du Québec, s'est aussi moqué du nom de l'un d'eux.

Il devra subir une enquête du Conseil de la magistrature, le conseil de discipline des juges, qui se prononcera sur les propos qu'il a tenus le 28 octobre dernier, alors qu'il présidait une audience des petites créances au palais de justice de Montréal.

«J'ai constaté que vous êtes originaire du Liberia», a déclaré, à tort, le juge De Michele en s'adressant à deux citoyens d'origine guinéenne vivant au Canada depuis 7 et 10 ans. «Tout simplement pour rassurer tout le monde dans la salle ici et tous ceux qui écoutent les micros, est-ce que dans les derniers mois vous avez été en contact avec quelqu'un du Liberia qui aurait pu être atteint du virus de l'Ebola?»

Après une réponse négative des deux individus, le juge De Michele s'est réjoui que «tout le monde puisse maintenant mieux respirer». Le magistrat a ensuite lancé en riant: «Bon, la plus soulagée, c'est madame à l'avant, la plus proche de vous!»

Cette transcription a été reproduite dans la décision du comité d'examen du Conseil de la magistrature, qui s'était penché une première fois sur le comportement du juge. Le comité a conclu que des «interrogations» subsistaient et a jugé bon de faire cheminer la plainte vers la prochaine étape: le comité d'enquête.

La même décision souligne aussi que le juge De Michele s'est moqué du nom de Mamadou Bobo Sylla, le défendeur dans cette affaire. «Quand on parle de Bobo dans les procédures, c'est vous? En français, bobo, vous savez ce que ça veut dire!», s'est-il esclaffé.

Inconfort

Joint par La Presse, le magistrat a refusé de commenter le dossier. «Je ne peux pas vous parler de ces choses-là», a affirmé M. De Michele au téléphone. «J'ai rendu un jugement, point. Le jugement parle de lui-même.»

Mamadou Bobo Sylla, pour sa part, dit ne pas avoir été affecté par la «plaisanterie» concernant son nom. «Je ne laisse pas atteindre par ça», a-t-il expliqué en entrevue.

L'homme se défendait aux petites créances contre Sandra Fraser, une ex-amie de sa famille, pour une histoire de prêts personnels. C'est cette dernière qui a porté plainte au Conseil de la magistrature contre l'«attitude générale inappropriée et déplacée» du juge, qui a créé un «sentiment général d'inconfort» en employant un «ton déplaisant».

Il n'a pas été possible de parler à Mme Fraser la semaine dernière. «Je comprends très bien qu'elle ait été choquée» par la question du juge sur l'Ebola, a dit M. Sylla.

Nommé juge en 1995, Antonio De Michele n'en sera pas à sa première expérience devant le Conseil de la magistrature. En 2009, il avait été réprimandé pour avoir fait des commentaires cassants à une citoyenne en pleine audience. «Les remarques sur la personne et le ton utilisé à l'audition sont de nature à miner la confiance du justiciable et portent atteinte à l'intégrité, l'honneur et la dignité de la magistrature», avait écrit le comité d'enquête du Conseil.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer