Un policier blanchi en déontologie

Rolando Iacovone... (PHOTO NINON PEDNAULT, LA PRESSE)

Agrandir

Rolando Iacovone

PHOTO NINON PEDNAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Les patrouilleurs

Actualité

Les patrouilleurs

Suivez Marie-Michèle Sioui et Patrick Sanfaçon en patrouille. »

Le Comité de déontologie policière a blanchi hier l'agent du Service de police de Montréal (SPVM) Rolando Iacovone, cité pour avoir aspergé d'irritants chimiques un manifestant des émeutes du Salon Plan Nord, le 20 avril 2012.

L'incident s'est produit au plus fort de la crise étudiante. Le premier ministre de l'époque, Jean Charest, donnait une allocution pour le Salon Plan Nord, dans le Palais des congrès de Montréal. 

À l'extérieur, une manifestation tournait à l'émeute. Des protestataires cherchaient à entrer dans le Palais des congrès, sous haute surveillance cette journée-là. À la télévision, on diffusait en boucle des images où l'on voyait l'agent au matricule 1417 du SPVM asperger un manifestant de gaz irritant près du visage. 

Un citoyen qui a vu ces images a porté plainte contre l'agent, que La Presse a identifié comme étant Rolando Iacovone, un policier préposé aux irritants chimiques, en service depuis 16 ans et demi. Le cas de l'agent a été entendu par le Comité de déontologie policière en février. L'audience a principalement porté sur l'endroit visé par l'agent Iacovone avec son fusil 37 mm, qui sert à envoyer des irritants chimiques. 

Le Commissaire à la déontologie policière reprochait à l'agent Iacovone « de ne pas avoir utilisé une pièce d'équipement [fusil à irritant chimique] avec prudence et discernement ». Le Comité de déontologie a finalement conclu que « le témoignage de l'agent Iacovone démontre qu'il a visé le manifestant à la hauteur de la ceinture », non sans souligner le fait que le policier « ne s'explique pas pourquoi il l'a atteint au niveau de la poitrine ». 

L'emploi d'armes à irritants chimiques n'est « pas toujours sans risques et sans conséquence », ajoute le Comité, qui recommande de revoir la formation dispensée aux préposés afin de « les instruire des dangers inhérents à l'utilisation de cette arme intermédiaire et pour éliminer les sources de confusion quant aux endroits à atteindre ».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer