Vidéo percutante d'un vol raté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Richardson François et Jerry Théodore ne s'attendaient sûrement pas à rencontrer autant de résistance quand ils se sont pointés dans une bijouterie de Parc-Extension pour commettre un vol, le 22 janvier 2013. Ils sont repartis désarmés, les mains vides, et brûlés au visage par de l'acide.

Une vidéo déposée en preuve dans le cadre des procédures judiciaires montre que les quatre hommes qui travaillaient dans la bijouterie se sont ardemment défendus avec ce qu'ils ont trouvé à se mettre sous la main, c'est-à-dire l'arme à feu arrachée à un des voleurs, une chaise, un cylindre, un sabre et... de l'acide nitrique. «Incroyable», a commenté la juge Hélène Morin, quand elle a regardé cette vidéo, la semaine dernière.

Constatant qu'ils perdaient la bataille, François et Théodore voulaient à tout prix s'enfuir, mais la porte de la bijouterie était verrouillée, ce qui ajoutait à leur panique. L'un d'eux a finalement appuyé sur le bouton pour ouvrir la porte, et ils ont réussi à s'enfuir avant l'arrivée de la police. Ils ont été arrêtés plus tard dans la journée.

Il faut dire que Francois était gravement blessé au visage. Il est resté défiguré et il a perdu une partie de son acuité visuelle. Théodore a été blessé beaucoup moins gravement. Ce dernier a plaidé coupable en janvier 2014 pour ce vol, et a écopé de sept ans de prison. 

François a plaidé coupable l'hiver dernier, pour ce vol, et un autre qu'il avait commis dans une bijouterie de Laval quelques mois plus tôt, alors qu'ils avaient ligoté les employés et raflé 150 000 $ de bijoux. 

Il n'a jamais révélé l'identité de son complice pour le vol de Laval, ce qui lui a été reproché par la Couronne lors des représentations sur la peine, qui avaient lieu la semaine dernière. L'exercice, qui se déroule par à-coups, reprendra le 7 juin.

L'homme de 31 ans a témoigné à l'effet qu'il avait eu sa leçon avec le vol de Parc-Extension, et qu'il voulait rentrer dans le droit chemin dorénavant et devenir un modèle pour son fils. Le procureur de la Couronne Pascal Dostaler l'a confronté sur son passé avec les gangs de rue, et du fait qu'il a déjà été condamné pour homicide. Par ailleurs, il accumulé 14 rapports disciplinaires depuis qu'il est en prison. François est défendu par Me Neil Demmerle Shantz.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer