Deux ans de prison pour un ex-représentant qui a floué 34 investisseurs

Un ex-représentant en assurance qui a floué 34 investisseurs pour 1,3 million... (Photo d'archives)

Agrandir

Photo d'archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un ex-représentant en assurance qui a floué 34 investisseurs pour 1,3 million de dollars sur plus d'une décennie a été condamné à deux ans de prison moins un jour pour ses crimes, le 18 mars dernier, a annoncé vendredi l'Autorité des marchés financiers (AMF). Richard Longpré a également été condamné à payer une substantielle amende de 724 000 $ par le juge Marco LaBrie de la Cour du Québec.

Le criminel en cravate qui a sévi à Saint-Jean-sur-Richelieu a plaidé coupable aux 133 chefs d'accusation portés contre lui pour des crimes commis entre 1998 et 2009. Il a notamment reconnu avoir agi illégalement à titre de courtier en valeurs,  avoir procédé illégalement à des placements et avoir fourni des informations fausses ou trompeuses à des investisseurs en indiquant à ceux-ci que l'opération était sans risque.

Après avoir établi une relation de confiance avec ses clients, Richard Longpré leur faisait croire qu'il détenait des accès privilégiés pour acquérir des actions de sociétés pétrolières. Il proposait ensuite à ses clients de lui prêter des sommes d'argent en leur promettant un plantureux rendement annuel de 8 %. 

Dans un des cas cités dans une décision de son comité de discipline en 2010, Richard Longpré avait dérobé 120 000 $ à son client Michel Contant de 2002 à 2009. Il s'était aussi approprié 190 000 $ de sa cliente Louise Fortier à Sherbrooke en 2008. Il était alors représentant en assurance de personnes, en assurance collective de personnes et en courtage en épargne collective. 

Richard Longpré a été radié provisoirement en décembre 2009 de la Chambre de la sécurité financière à la suite d'une plainte disciplinaire. La décision a ensuite été confirmée en octobre 2010 par le comité de discipline. 

« Nous sommes satisfaits de la peine imposée dans ce dossier, qui démontre une fois de plus que les placements illégaux sont des infractions qui doivent être sévèrement sanctionnées. L'impact de tels gestes est dévastateur pour les victimes, qui peuvent rarement récupérer les sommes qu'elles avaient investies en toute confiance», a indiqué dans un communiqué Louis Morisset, président-directeur général de l'AMF, l'organisme de réglementation et d'encadrement du secteur financier du Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer