Fusillade de Moncton: la GRC fait le point sur les changements apportés

Il y a un an, la GRC avait... (PHOTO MARC GRANDMAISON, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Il y a un an, la GRC avait accepté d'appliquer la totalité des 64 recommandations formulées par un enquêteur externe après la fusillade qui avait eu lieu à Moncton, en 2014.

PHOTO MARC GRANDMAISON, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Kevin Bissett
La Presse Canadienne
MONCTON

Plus de 3300 agents de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) ont été formés pour utiliser les carabines de patrouille, et ce nombre devrait doubler cette année, alors que la police fédérale met graduellement en oeuvre les recommandations formulées après la fusillade meurtrière de Moncton en juin 2014.

La sous-commissaire de la GRC Janice Armstrong a affirmé mardi que la GRC avait mis en oeuvre 42 des 64 recommandations formulées en janvier 2015 par un enquêteur externe à la suite de la fusillade qui a coûté la vie à trois policiers, tombés sous les balles de Justin Bourque. La GRC avait ensuite accepté d'appliquer la totalité des 64 recommandations de l'enquêteur Alphonse MacNeil, lui-même ancien commissaire adjoint de la police fédérale.

«Nous avons mis d'abord l'accent sur les recommandations qui visaient la sécurité des agents, l'équipement et la formation», a indiqué Mme Armstrong, mardi, en conférence de presse à Moncton.

Dans son rapport, il y a un an, M. MacNeil recommandait notamment l'accélération de la distribution des carabines de patrouille - et de la formation sur leur utilisation -, ainsi que l'amélioration de la formation et du soutien offerts aux superviseurs relativement aux incidents critiques.

Selon le surintendant Eric Stubbs, la GRC a acheté jusqu'ici près de 4000 carabines et des munitions pour les voitures de patrouille. Mme Armstrong a ajouté que 50 pour cent des policiers de la GRC pourraient être formés d'ici avril 2017 pour le maniement de ces carabines.

L'enquête externe d'Alphonse MacNeil visait à réexaminer toute l'opération policière qui avait coûté la vie aux gendarmes Doug Larche, Dave Ross et Fabrice Gevaudan le 4 juin 2014. Deux autres policiers, Éric Dubois et Darlene Goguen, avaient été blessés par Justin Bourque, arrêté 28 heures plus tard après une chasse à l'homme qui avait tenu en alerte les résidants de Moncton.

M. MacNeil recommandait aussi d'améliorer les communications radio et d'offrir de l'équipement standard pour les équipes d'intervention d'urgence.

La sous-commissaire Armstrong a estimé mardi que la police fédérale mettrait en oeuvre 10 autres recommandations du rapport MacNeil d'ici avril prochain. Par contre, d'autres recommandations nécessiteront plus de temps avant d'être mises en oeuvre, notamment le nouveau système de communications radio cryptées. Le surintendant Stubbs a indiqué que ce nouveau système pourrait être implanté partout au pays d'ici cinq ans.

Parmi les autres recommandations mises en oeuvre, Mme Armstrong a cité l'amélioration de la formation sur le «déploiement rapide pour action immédiate», l'ajout d'exercices plus représentatifs de situations réelles aux épreuves de qualification au tir, et l'amélioration des services d'assistance post-traumatique.

Rob Creasser, de l'Association professionnelle de la police montée du Canada, salue les améliorations apportées par la GRC. Il déplore toutefois qu'il aura fallu la mort tragique de trois policiers à Moncton et quatre autres à Mayerthorpe, en Alberta, en 2005, pour que la police fédérale mette en oeuvre certaines mesures qui étaient réclamées depuis des années par l'association.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer