Terre-Neuve: un responsable de la sécurité du PM abat un homme

Paul Davis... (Photo d'archives)

Agrandir

Paul Davis

Photo d'archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Sue Bailey
La Presse Canadienne
SAINT-JEAN

Le personnel du premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador a averti la police de menaces possiblement dangereuses sur Twitter, vendredi, deux jours avant que le détenteur du compte ne soit tué par un agent de l'équipe de sécurité du premier ministre.

Paul Davis a affirmé lundi qu'il n'était pas au courant des menaces proférées en ligne contre lui, jusqu'à ce qu'il apprenne que Don Dunphy, âgé de 59 ans, avait été tué par balle par un policier de la force constabulaire royale de Terre-Neuve. Mais son équipe de sécurité était au courant et l'avait rapporté à la police.

«J'ai été abasourdi et profondément attristé hier d'apprendre les événements», a déclaré le premier ministre.

«C'est une tragédie terrible pour plusieurs raisons. Mes pensées et mes prières sont avec la famille Dunphy, avec les gens de la région du mont Carmel, où ça s'est passé, et avec ceux qui ont été touchés par cet événement tragique.»

M. Davis, lui-même un ancien policier de la force constabulaire royale, a brièvement parlé avec l'agent, tard dimanche.

«Je l'ai appelé pour lui offrir mon soutien personnel. Je le connaissais depuis quelque temps.»

Le chef William Janes a fait savoir que l'agent était un membre des services de protection de la force royale qui assure la sécurité et évalue les risques pour le premier ministre de la province et les autres élus.

M. Janes affirme que l'agent effectuait son quart de travail régulier lorsqu'il s'est rendu à la résidence de Don Dunphy à Mitchells Brooks, à environ 80 kilomètres de St-Jean, dans le cadre de l'enquête.

«À ce moment-là, l'agent a été confronté et des coups de feu ont été tirés», a-t-il dit en conférence de presse.

Le chef a ajouté qu'il ne savait pas si l'agent avait un partenaire ou des renforts lorsqu'il est entré dans la maison vers 14h30 et a tué M. Dunphy.

L'agent n'a pas été blessé. M. Janes n'a pas voulu identifier l'agent et la GRC enquête maintenant sur cette fusillade.

Vendredi, M. Dunphy avait spécifiquement mentionné le compte officiel de M. David et celui du ministre de l'Enfance, de la Jeunesse et des Services familiaux, Sandy Collins. L'échange se conclut par ce commentaire: «Je ne mentionnerai pas leurs noms cette fois, mais je pourrais faire du mal à des membres de la famille de deux députés à la Chambre d'assemblée.» Le gazouillis comprend des insultes vulgaires qui ne se traduisent pas.

M. Dunphy était un utilisateur régulier de Twitter qui se décrivait, sur son compte, comme un «travailleur blessé, crucifié de Terre-Neuve où les employeurs traitent les blessés comme des criminels».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer