Deux policiers blâmés par le Comité de déontologie sont suspendus

Les deux policiers de la Sûreté du Québec qui avaient été blâmés, en septembre... (PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Saint-Arnaud
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Les deux policiers de la Sûreté du Québec qui avaient été blâmés, en septembre dernier, par le Comité de déontologie policière pour leur arrestation brutale d'un médecin à l'urgence de l'hôpital de Lachute, en février 2012, ont tous les deux été sanctionnés.

Dans une décision rendue publique mardi, le Comité impose des suspensions sans solde de cinq jours au sergent Michel El-Khoury et de deux jours à l'agent Simon Jetté.

Le Comité avait jugé, l'automne dernier, que le sergent El-Khoury et l'agent Jetté «avaient fait un usage illégal de la force» en procédant à une arrestation musclée du docteur Jeffrey Sirzyk en pleine urgence de l'hôpital.

Le preuve, incluant une vidéo de l'arrestation, montrait clairement que le médecin avait été brutalement plaqué au mur et menotté sans ménagement.

De plus, le Comité a jugé que les policiers n'avaient pas respecté, en procédant à cette arrestation, «l'autorité de la loi et des tribunaux et n'avaient pas collaboré à l'administration de la justice». En termes clairs, le Comité estime qu'ils n'avaient pas de raison de l'arrêter.

Le sergent El-Khoury avait emmené à l'urgence de l'hôpital de Lachute un enfant de deux ans à la suite d'une intervention chez ses parents. L'enfant avait ensuite été transporté à l'hôpital Sainte-Justine.

Le policier avait par la suite tenté d'obtenir des informations sur l'enfant mais s'était fait dire que les informations médicales étaient de nature confidentielle.

Devant ce refus, le sergent El-Khoury s'était présenté à l'urgence en compagnie de l'agent Jetté et avait malmené et intimidé verbalement le docteur Sirzyk, qui avait finalement été placé en état d'arrestation.

Le Comité de déontologie avait estimé que le sergent El-Khoury «était agressif et en colère» et que lui et son confrère avaient démontré «une ignorance inacceptable des règles» en matière de confidentialité médicale, en plus d'avoir manqué de jugement et de patience.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer