Exclusif

Violée par un récidiviste dans une voiture de police

La victime vient de déposer une poursuite en... (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

Agrandir

La victime vient de déposer une poursuite en dommages et intérêts contre le Corps de police régional Kativik (CPRK), responsable de son arrestation, a appris La Presse. Le drame s'est produit il y a trois ans, dans le Grand Nord québécois.

Photo Olivier Pontbriand, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une jeune fille de 17 ans a été violée par un prédateur sexuel multirécidiviste alors qu'elle était enfermée à l'arrière d'une voiture de police, les poignets liés par des menottes derrière son dos.

Son agresseur avait les mains libres. Il a fondu sur sa proie.

La victime vient de déposer une poursuite en dommages et intérêts contre le Corps de police régional Kativik (CPRK), responsable de son arrestation, a appris La Presse. Le drame s'est produit il y a trois ans, dans le Grand Nord québécois.

La version de la victime a été largement confirmée par les autorités lorsque son agresseur a plaidé coupable devant la justice, en 2012. Il a été condamné à trois ans de prison. Dans les six années précédentes, des juges avaient demandé à cinq reprises son inscription au registre des délinquants sexuels.

Un soir de fête, la jeune femme a été arrêtée. Des membres de sa famille élargie avaient appelé la police en raison de son état d'ébriété avancé. Elle a été menottée puis placée sur le siège arrière de la voiture de police, portes verrouillées.

Joe Kritik s'y trouvait. Le jeune homme de 25 ans au très lourd passé criminel avait été arrêté juste avant, en lien avec sa consommation excessive d'alcool.

«La policière a alors quitté la voiture», a expliqué le procureur de la Couronne Frédéric Bénard quand Joe Kritik a reconnu avoir commis le viol. «Quand la policière est revenue, elle a ouvert la porte arrière de l'autopatrouille et a découvert M. Kritik, qui avait les pantalons baissés, sur [la jeune fille].»

Comme celle-ci était mineure au moment des faits, la loi nous interdit de l'identifier.

L'adolescente a ensuite relaté avoir été victime d'une agression sexuelle avec pénétration. La jeune fille n'a subi aucun des tests médicaux habituellement faits après un viol et elle a passé la nuit dans une cellule de prison.

Une seule policière, novice

L'événement s'est déroulé le 19 septembre 2011 dans le petit village de Tasiujaq, au Nunavik. La communauté ne compte que 250 personnes et 3 policiers.

Le soir de l'événement, une seule policière était en service dans le village. Selon la poursuite déposée par la victime du viol, la policière venait de commencer à travailler au Nunavik et n'avait pas encore le droit de porter une arme.

Si elle avait eu plus d'expérience, elle aurait peut-être su que Joe Kritik avait passé une bonne partie de sa vie adulte derrière les barreaux, en raison notamment de six crimes sexuels commis en six ans.

Le comportement de la policière «démontre une insouciance incroyable pour la sécurité de la plaignante, qui se trouvait sous sa supervision, sa responsabilité et sa protection», écrit l'avocat de la victime dans la poursuite qu'il a déposée.

La polcière a été suspendue juste après l'agression sexuelle et a démissionné quelques jours plus tard, toujours selon la poursuite.

La victime réclame un total de 400 000$ au CPRK, qui couvre tout le Grand Nord québécois, à la policière ainsi qu'au gouvernement local. La poursuite allègue que depuis le viol, la jeune femme, maintenant âgée de 21 ans, souffre de «dépression, d'anxiété et d'idées suicidaires», en plus de se «sentir inutile et endommagée, honteuse».

De passage au Nunavik, La Presse n'a pu s'entretenir avec la victime. Son avocat a indiqué qu'elle était encore grandement affectée par les événements de septembre 2011 et qu'elle ne se sentait pas à l'aise d'en parler à un journaliste.

«Comment quelque chose du genre peut arriver? se demande son père. Elle était mineure... Avant, elle s'entendait bien avec la famille. Mais depuis que l'événement est survenu, elle a des sautes d'humeur importantes. Elle se met en colère, casse des objets autour d'elle. Parfois, elle est triste. Ça la frappe.»

L'homme reproche à la policière d'avoir placé deux personnes sur le siège arrière de la voiture plutôt que de s'être immédiatement rendue au poste de police.

De son côté, le gouvernement régional du Nunavik, qui gère la police locale, est resté coi. «Cette affaire étant devant les tribunaux, l'Administration régionale Kativik et le Corps de police régional Kativik ne peuvent pas faire de commentaires», a indiqué Émilie Courtemanche, aux communications du gouvernement régional.

Selon nos informations, aucune enquête indépendante n'a eu lieu sur ces événements. Selon la politique du ministère de la Sécurité publique, seuls un décès ou l'infliction de blessures pouvant causer la mort au cours d'une intervention policière entraînent le déclenchement immédiat d'une enquête indépendante par un autre corps de police.

 - Avec Gabrielle Duchaine

Un jeudi soir comme les autres

Un dossier de facultés affaiblies, un cas de violence conjugale, l'arrestation d'un possible trafiquant de drogues et trois personnes arrêtées en état d'intoxication avancée: un jeudi soir «tranquille», «calme» pour deux policiers de Kuujjuaq, un village d'à peine plus de 2000 résidants dans le Grand Nord québécois. La Presse a passé quelques heures avec la patrouille responsable d'assurer la sécurité dans les rues de la capitale du Nunavik.

21h24

La soirée du jeudi commence avec le bingo, un rendez-vous incontournable à Kuujjuaq. Les chiffres et les lettres sont appelés à la radio et les gagnants doivent sauter sur le téléphone pour obtenir leur prix. C'est toujours le calme plat au village pendant le bingo, selon la police.

21h47

À peine le bingo terminé, un premier appel sur la radio de la police: un conducteur éméché vient d'avoir un accrochage, près du bar de la ville. Comme le technicien certifié est en vacances ce soir, la police ne pourra connaître avec précision la concentration d'alcool dans son sang.

22h15

La radio grésille à nouveau. Une femme agitée raconte avoir été frappée par son conjoint. Celui-ci est un client régulier des policiers, explique Rick Croteau. À l'arrivée des forces de l'ordre, le suspect a pris la fuite. La voiture de police quadrille les environs. En vain. Pour le moment.

23h10

Les policiers sont appelés à expulser une femme intoxiquée qui crée des problèmes dans une résidence. «Je vais en prison, non? Cool! dit-elle en entrant en cellule. Je suis contente.» Ici, pas de centre de dégrisage. Et à - 40 degrés, on ne laisse personne dans la rue.

23h20

Se souvenant d'une information, les policiers veulent vérifier si la femme qu'ils viennent d'appréhender est sous le coup d'un mandat d'arrestation. C'est bien le cas: les policiers montréalais la cherchaient pour des actes commis dans la métropole.

23h56

Au Nunavik, pas de centrale 911. Les appels entrent directement sur les radios des deux patrouilleurs. Quand la ligne est occupée, elle est occupée. Les résidants qui appellent se limitent souvent à dire aux policiers de «venir» sans expliquer davantage. Ce qui peut réserver des surprises...

00h04

Cette fois, c'est un jeune homme intoxiqué qui a perdu le contrôle à l'intérieur d'une résidence et représente un danger pour sa famille.

«Je n'ai rien dans les poches!», crie-t-il en se débattant pendant qu'il est menotté.

00h59

Un homme dans la trentaine, en état d'ébriété, a rudoyé sa conjointe. Les policiers s'attardent dans la maison. «Quand on est arrivés, il a pris ses enfants», explique-t-on par la suite. L'homme menotté envoie un violent coup de pied sur la carrosserie de la voiture de patrouille.

01h46

Les policiers décident d'intercepter une camionnette circulant à très basse vitesse sans destination claire, craignant que la conductrice ne soit en état d'ébriété. Le technicien certifié étant en vacances, leurs «sérieux doutes» ne pourront être confirmés ou infirmés.

02h01

Arrestation presque fortuite du suspect de violence conjugale pour les événements survenus vers 22h15. L'homme avait sur lui une certaine quantité de drogue et près de 1000$ en liquide. Il risque fort de voir des accusations relatives aux stupéfiants être ajoutées à celles de voies de fait.

02h30

Le reste de la nuit sera consacré à la rédaction des rapports. «Avec les interventions de ce soir, ils en ont pour le reste de leur quart de travail», explique le policier Rick Croteau. Le constable Perrier, sur la photo, s'y affaire.

Le dur travail d'une police blanche et jeune

Dans le Grand Nord québécois, on compte chaque année plus de crimes que d'habitants. Un niveau de violence pratiquement inconnu dans le reste de la province. Pour faire respecter la loi aux pays des Inuits, on envoie des policiers souvent jeunes, souvent blancs. Ils doivent naviguer à vue entre les problèmes sociaux et un isolement inimaginables dans le « sud ». Portrait en huit temps.

Isolement

On arrive au Nunavik par avion et on voyage entre les communautés par avion. Aucune route. Dans les plus petits villages de la région, les policiers ne sont que trois ; deux lorsque l'un part en vacances. En cas de pépin, les renforts sont à plusieurs heures d'avion. Il y a quelques semaines, deux policiers de Quaqtaq (400 habitants) l'ont expérimenté lorsqu'ils ont dû se barricader au petit poste local - carabines saisies en mains - après avoir été sérieusement menacés par un groupe d'hommes.

Une charge énorme

Au Nunavik, en 2013, on comptait 14 433 événements criminels pour 12 752 habitants. « Le taux de criminalité est très, très élevé par rapport à la province et par rapport au pays », expose Pierre Bettez, patron intérimaire du Corps de police régional Kativik (CPRK). « Il faut être très prudent avec ces chiffres, car il y a beaucoup de bon monde ici », tient toutefois à souligner M. Bettez. Comme au sud, c'est un petit nombre de personnes qui violent la loi à répétition.

Imialuk

Dans le Grand Nord, la criminalité se noie dans l'alcool. Trois agressions sur quatre et près de la moitié des crimes sexuels y sont liés à l'imialuk, la « mauvaise eau », selon les chiffres du CPRK. « Si on soustrayait tous les crimes commis par des gens intoxiqués, ce serait des chiffres régionaux plus raisonnables », explique Pierre Bettez, patron intérimaire du corps de police.

Une police blanche...

Au 1er janvier 2014, le CPRK comptait 4 policiers inuits pour 75 non inuits. Pourtant, 90 % des habitants de la région sont inuits. Il est difficile de recruter des natifs du Nunavik, selon Pierre Bettez. Par exemple, « à Aupaluk, ils sont vraiment peu [205 personnes], dit-il. Si on a un policier inuk là-bas, c'est dur pour lui. Il peut y avoir de la violence conjugale qui implique un oncle et une tante. Au party de Noël, ça peut être très spécial ».

... et jeune

Jusqu'au printemps 2013, il était possible d'entrer au CRPK sans avoir un diplôme collégial en techniques policière, simplement en passant par un programme raccourci à l'École de police de Nicolet. Ce n'est plus le cas. L'organisation continue toutefois d'offrir d'abord des contrats de quatre mois à ses recrues, ce qui augmente nécessairement le taux de roulement.

Les armes omniprésentes

Les Inuits forment une société qui vivait traditionnellement de la chasse et de la pêche. Encore aujourd'hui, la grande majorité des familles possèdent au moins une arme à feu afin de permettre la capture d'une oie ou d'un caribou. Cette omniprésence des fusils et carabines complique singulièrement la tâche des policiers du Nord, pour lesquels un appel simple peut rapidement dégénérer si l'un des protagonistes décide d'empoigner une arme.

Un policier tué

Un an et demi après le meurtre du policier Steve Déry à Kuujjuaq, des criminels utilisent encore son nom pour menacer de mort ses collègues du CPRK. L'officier de 27 ans avec quatre ans d'expérience a été tué dès qu'il est sorti de sa voiture de police après un appel pour une dispute familiale. Son meurtrier a mis fin à ses jours dans les secondes suivantes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer