Dénonciations d'agressions sexuelles: l'UQAM dans la tourmente

Des autocollants dénoncant la culture du viol ont... (PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK)

Agrandir

Des autocollants dénoncant la culture du viol ont été posés sur les portes de trois professeurs de l'UQAM, cette semaine. Des photos des portes ont ensuite circulé sur les réseaux sociaux.

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Faut-il appuyer ou condamner les dénonciations sous le couvert de l'anonymat de présumés agresseurs sexuels sur la place publique et les réseaux sociaux ? À l'Université du Québec à Montréal, où la question divise les cercles féministes, le débat fait rage, alors que des professeurs ont vu leur porte de bureau entièrement placardée d'autocollants dénonçant la culture du viol.

Le débat entourant les dénonciations anonymes d'agressions sexuelles a pris de telles proportions à l'UQAM que l'université dénonce « la combinaison de l'usage des médias sociaux et du vandalisme sur ses espaces de travail » et mène une enquête.

Plus tôt cette semaine, trois professeurs ont vu leur porte de bureau entièrement placardée d'autocollants dénonçant la culture du viol et incitant à « briser le silence ». Des photos des portes en question - où le nom des professeurs est mis en évidence - ont rapidement fait le tour des réseaux sociaux. « Harcèlement, attouchements, voyeurisme, agressions : tolérance zéro ! », peut-on lire sur les autocollants.

Les images ont d'abord été publiées sur Facebook par le collectif féministe Les Hystériques, avant d'être partagées par les administrateurs du compte de l'Association facultaire étudiante des sciences humaines de l'UQAM (AFESH-UQAM), suivi par près de 3000 personnes. Reconnue pour son militantisme, l'association représente des milliers d'étudiants.

Aucune explication n'accompagnait les autocollants ou n'indiquait pourquoi ils avaient été apposés sur ces portes de bureau spécifiquement. Quelques minutes après avoir publié les images, le collectif a d'ailleurs publié un message affirmant qu'il n'avait pas orchestré le tout.

« Les Hystériques ne revendiquent pas l'action dont nous avons partagé les photos, mais nous sommes solidaires avec celles et ceux impliqués dans cette action. Nous avons partagé les photos, car cela correspond à notre mandat, mais nous ne nous avancerons pas à répondre ou expliquer les raisons derrière l'action. Si l'action a ciblé certains professeurs, on peut déduire que ceux-ci ont des comportements ne respectant pas la politique 16 de l'UQAM, mais ceci n'est que notre interprétation », ont-ils écrit.

Cette politique de l'université définit le harcèlement sexuel comme étant « un comportement à connotation sexuelle unilatéral et non désiré [consistant] en une pression indue exercée sur une personne, soit pour obtenir des faveurs sexuelles [ou] pour ridiculiser ses caractéristiques sexuelles [...]. » 

Des gestes «inacceptables»

Pour l'UQAM, « la combinaison de l'usage des médias sociaux et du vandalisme des espaces de travail est complètement inacceptable », a expliqué à La Presse Jenny Desrochers, directrice à la division des communications. La direction de l'université, qui a reçu des plaintes à ce sujet, mène une enquête « afin d'identifier les mesures dont elle dispose et corriger la situation ».

Du côté du Syndicat des professeurs de l'UQAM, la présidente Michèle Nevert a rappelé hier que ses membres et elle sont contre le harcèlement sexuel et que la politique no 16, invoquée sur les autocollants, a été élaborée de façon consensuelle avec le corps professoral.

« Nous ne sommes pas en accord avec les dénonciations anonymes de ce genre. Si effectivement il fallait qu'il y ait des plaintes de jeunes femmes, d'étudiantes, de professeures ou d'employées, il faut [suivre les canaux officiels] », a-t-elle affirmé. 

« Notre message à ces femmes, c'est allez dénoncer. Des politiques contre le harcèlement sexuel ou psychologique existent, peut-être faut-il les revoir et les publiciser davantage. »

Même son de cloche du côté de la direction du département de sociologie, où travaillent deux des trois professeurs ciblés par les actes de vandalisme.

« Nous avons été stupéfaits des gestes posés à l'endroit de nos collègues. Nous avons collectivement adopté [lundi] une position qui d'une part supporte la politique de l'UQAM contre le harcèlement sexuel, et d'autre part, nous déplorons le geste posé qui, tout en se réclamant de cette politique, contrevient à l'esprit et aux mécanismes qui y sont prévus », a expliqué la directrice du département, Shirley Roy.

« Comme membre de la communauté, je suis très préoccupée par cette manière de dénoncer les comportements, a poursuivi Mme Roy. L'UQAM a mis en place des instances, des unités et des services pour recevoir les plaintes et discuter d'enjeux avec les membres de sa communauté. C'est dans ces espaces que les discussions doivent avoir lieu. » 

« Se faire justice soi-même et par l'utilisation des médias sociaux n'est pas une solution. »

Sur Facebook, l'AFESH a affirmé avoir rencontré lundi la direction de l'université, qui lui aurait demandé de retirer les photos. « Mais implicitement, on nous a demandé d'ignorer, de discréditer et de dénigrer la prise de parole des membres de l'AFESH. On nous a demandé de taire le fait que des étudiantes en sciences humaines - et d'autres facultés, soyons clairs - aient dénoncé être victimes d'agression et de harcèlement sexuel de la part de professeurs en position d'autorité », ont écrit les administrateurs de la page.

« Selon [la direction], l'AFESH devrait mettre sur pied un comité pour informer les étudiantes sur la manière de déposer une plainte. [...] On responsabilise encore une fois les femmes en leur disant qu'elles se devraient d'entreprendre les bonnes démarches via des institutions vétustes et sans pouvoir. [...] Le fait de responsabiliser les étudiantes face à leur vécu est intolérable de la part d'une institution comme l'UQAM », ont-ils ajouté.

Cyberharcèlement?

La Presse rapportait samedi dernier qu'un groupe féministe radical proche du milieu anarchiste publie depuis quelques mois sur l'internet des dénonciations anonymes de femmes qui disent avoir été violées par des militants influents de mouvements alternatifs et des étudiants, et que les noms de ceux-ci sont publiés. Selon nos informations, la question est, depuis, vivement débattue dans les cercles féministes et les milieux étudiants militants.

La direction de l'UQAM se dit aussi interpellée par le sujet. En entrevue avec La Presse hier, le vice-recteur aux affaires universitaires, Marc Turgeon, a rappelé que l'institution travaillait à renforcer les espaces destinés à accueillir et soutenir les victimes d'agressions sexuelles.

« Mais il y a deux situations ici, pas une. D'abord, celle du harcèlement sexuel, puis la question du cyber harcèlement. Il est présentement difficile de démêler les deux. Le cyber harcèlement, c'est lorsqu'on utilise les médias sociaux pour faire des accusations anonymes, dont on ne sait pas si elles sont fondées. On agit ainsi sur le terrain glissant de la diffamation et du harcèlement psychologique », a-t-il expliqué.

« L'utilisation anonyme des médias sociaux ciblant des étudiants, des employés ou des enseignants de diverses manières se répand de plus en plus dans les grandes organisations et constitue une forme de cyber harcèlement qu'il est difficile de contrer. L'UQAM compte amorcer une réflexion sur cette question », a ajouté Jenny Desrochers, de la division des communications.

« Lorsqu'il y a harcèlement sexuel ou psychologique, des politiques et des mécanismes sont déjà en place et permettent aux personnes s'estimant victimes de porter plainte. L'UQAM, comme bien des universités canadiennes et américaines, travaille actuellement sur l'élaboration d'un plan d'action visant spécifiquement le harcèlement sexuel afin d'enrichir ses mécanismes pour offrir un soutien accru aux victimes, tout en évitant les accusations non fondées ou diffamatoires » a-t-elle dit.

«Il y a un prix à payer pour renverser une tendance»

Dans le débat entourant les dénonciations anonymes d'agressions sexuelles dévoilant le nom de ceux qui les auraient commises, des avocats réputés ont exprimé des réserves et se demandent si la présomption d'innocence n'est pas bafouée. Ce n'est pas l'avis de la présidente de l'Association des juristes progressistes, Me Sibel Ataogul, selon qui « il y a un prix à payer pour renverser une tendance ».

Votre association a-t-elle pris position sur cette question ?

L'association, non, mais j'ai mon avis là-dessus. J'appuie personnellement les femmes qui s'expriment sur les expériences qu'elles ont vécues. Je suis juriste, je suis pour la présomption d'innocence, mais je pense qu'on expose en ce moment un fléau sociétal et qu'il est important de le faire. Ça fait des années que des femmes agressées sont incapables de dénoncer ces situations. Je pense donc que le bien que ça fait est plus important que le mal que ça engendre.

Vous dites que vous croyez en la présomption d'innocence, mais certains de vos collègues estiment que les dénonciations anonymes où l'identité des prétendus agresseurs est dévoilée bafouent en quelque sorte cette règle de droit. Comment en êtes-vous venue à cette position ?

Je crois qu'il y a ici deux contextes très différents. D'abord, quand on est accusé au criminel, il faut bien sûr des preuves pour prouver qu'une agression a été commise, car des conséquences y sont rattachées. Mais cela ne devrait pas empêcher les femmes de s'exprimer sur les expériences qu'elles ont vécues. [...] C'est comme si on disait aux femmes : « Vous n'avez pas vécu ce que vous dites avoir vécu tant et aussi longtemps qu'un juge ne l'a pas reconnu. »

Mais ne craignez-vous pas des débordements, ainsi que des situations où des personnes pourraient se retrouver faussement accusées sur la place publique ?

Personnellement, je regarde la situation de façon plus générale. Il y a un prix à payer pour renverser cette tendance où les femmes se font agresser et ne font rien parce qu'elles ont peur. On devrait remettre en question la société en général : pourquoi est-ce qu'une femme n'est toujours pas à l'aise pour dénoncer son agresseur ? Pourquoi une femme sent-elle le besoin de rester anonyme ? [...] Bien sûr que dans un monde idéal, on aimerait pouvoir identifier tout le monde et savoir ce qui s'est produit, mais on est en train de renverser un fléau de société, et je ne pense pas que c'est un prix excessif à payer.

La semaine dernière, La Presse a traité d'un autre sujet qui divise les avocats : la « justice transformatrice ». Ce processus alternatif, mis de l'avant par certains groupes féministes, inquiète plusieurs observateurs. Avez-vous une opinion sur le sujet ?

Personnellement, je suis très critique à l'égard du système carcéral, tout comme du système de droit criminel. Je ne pense pas que ça mène à la réhabilitation. Encore aujourd'hui, je crois que les victimes d'agressions sexuelles sont stigmatisées en société. En ce sens, la justice transformatrice peut être une option très intéressante.

Si une proche vous confiait qu'elle avait été victime d'une agression sexuelle, lui conseilleriez-vous d'entamer un processus alternatif ?

Je lui donnerais d'abord tout mon appui, qu'elle veuille entamer un processus judiciaire ou alternatif. Je crois qu'on écoute très peu les femmes dans ces situations-là. Si elle choisissait de prendre une voie alternative en raison de la longueur et la lourdeur des procédures judiciaires, je l'appuierais.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer