Manifestation étudiante: une femme bousculée par un policier

Lors de la manifestation de jeudi, l'escouade anti-émeutes... (photo patrick sanfaçon, la presse)

Agrandir

Lors de la manifestation de jeudi, l'escouade anti-émeutes a été déployée après que des étudiants se furent introduits dans les bureaux de la CREPUQ.

photo patrick sanfaçon, la presse

Hugo Meunier
Hugo Meunier
La Presse

Une vidéo sur laquelle on voit une femme se faire violemment bousculer par un policier a fait beaucoup jaser, au lendemain d'une manifestation houleuse organisée jeudi pour protester contre la hausse des droits de scolarité.

Sur la vidéo diffusée sur le site You tube, on voit le policier de l'escouade antiémeute projeter brutalement au sol une femme qui n'avait apparemment rien à voir avec la manifestation. Sa tête semble heurter un mur dans l'incident.

La scène s'est déroulée à la fin de la manifestation. Un peu plus tôt, des étudiants s'étaient introduits dans les bureaux de la CREPUQ (Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec), rue Sherbrooke, ce qui a forcé l'intervention de la police de Montréal. Les agents ont ordonné aux étudiants de sortir avant d'intervenir de manière musclée et de recourir au gaz poivre.

Les choses ont continué à dégénérer à l'extérieur, où policiers et manifestants se sont affrontés. C'est lorsque la police a sonné la charge pour disperser les manifestants que l'agent a poussé la femme. En entrevue, vendredi, l'inspecteur Philippe Pichet a dit prendre les mesures nécessaires pour faire la lumière sur l'affaire.

«On m'a informé de l'incident à la fin de la manifestation. Un commandant sur le terrain a assisté à la scène et a tout de suite demandé à Urgences-santé de prendre la dame en charge, mais elle a refusé», a souligné M. Pichet, inspecteur à la Division de la planification opérationnelle.

Sans banaliser l'incident, M. Pichet ajoute que les policiers ont intimé trois fois aux manifestants l'ordre de s'éloigner. Le SPVM s'engage toutefois à analyser la vidéo et à sévir contre le policier impliqué s'il y a lieu.

Cinq personnes ont été arrêtées lors de la manifestation. Quatre ont été libérées le jour même contre promesse de comparaître. Elles seront accusées de voies de fait et de menaces contre des policiers. L'autre a été inculpée de méfait et de non-respect de condition - il lui était interdit de se trouver dans une manifestation.

Une employée de l'édifice de Loto-Québec aurait aussi été blessée à un bras lorsque les choses se sont envenimées. Trois voitures ont été vandalisées. La manifestation avait pourtant débuté dans le calme. Quelques milliers d'étudiants ont marché dans les rues du centre-ville en après-midi pour s'opposer aux mesures du dernier budget Bachand, qui prévoit des hausses des droits de scolarité de 325$ par année à partir de 2012-2013, et ce, jusqu'en 2016-17. Actuellement, un étudiant débourse 2168$ annuellement. En 2016-2017, les droits atteindront 3793$.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer