Des bunkers disparus

Le bunker de Trois-Rivières lors de l'opération SharQc,... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le bunker de Trois-Rivières lors de l'opération SharQc, en 2009.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Depuis que leurs locaux (bunkers) ont été fermés lors de l'opération SharQc, les Hells Angels n'en ont rouvert aucun au Québec. En revanche, ils sont encore régulièrement présents dans le bunker de Cabarete en République dominicaine, où les policiers dominicains ont perquisitionné lors de la rafle d'avril 2009. De nouveaux groupes de motards, sympathisants ou autres, ont leur propre local, mais rien de comparable aux forteresses des Hells Angels et de leurs clubs-écoles de l'époque.

L'Ontario en renfort

Alors qu'ils venaient régulièrement au Québec pour prêter main-forte à leurs frères nouvellement emprisonnés dans les mois suivant l'opération SharQc, les Hells Angels Nomads de l'Ontario sont vus moins souvent au Québec ces derniers temps. Plusieurs d'entre eux ont néanmoins affiché fièrement leurs couleurs le 14 mars dans un populaire bar de Granby, fief de deux membres des Nomads. Depuis peu, les Nomads de l'Ontario comptent sur l'appui d'un groupe, les Red Devils MC d'Ottawa, qui ont plusieurs francophones parmi leurs adeptes.

Francis Boucher, le fils de Maurice Boucher.... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Francis Boucher, le fils de Maurice Boucher.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

La deuxième génération

Francis Boucher, ex-Rockers et fils de l'ancien chef guerrier des Hells Angels Maurice Boucher, a suivi les traces de son père. Une «deuxième génération» semble aussi se confirmer dans d'autres familles. Le cas le plus récent est celui de Jessy Ramsay, 27 ans, fils du membre en règle de la section de Montréal Jean-Paul Ramsay, arrêté pour une affaire de menaces de mort par le SPVM en janvier. Mais actuellement, les fils n'ont toutefois pas de statut dans l'organisation, selon la police. 

Les Rock Machine, ennemis d'hier

À la suite de l'anéantissement des Bandidos lors de l'opération Amigo en 2002 et de l'assimilation, dans leurs rangs, des membres les plus influents des Rock Machine «originaux», les Hells Angels n'ont plus aucun ennemi chez les motards au Québec. À compter de 2010, la police a commencé à revoir des individus portant des vestes des Rock Machine dans des bars, à Montréal ou ailleurs. La semaine dernière, trois vestes aux couleurs des Rock Machine ont été saisies en banlieue nord et trois individus, arrêtés pour une affaire d'extorsion. Cette semaine, un petit réseau de trafic de stupéfiants lié à d'autres Rock Machine a été démantelé dans la région de Saint-Rémi. Il se pourrait que ces deux groupes de Rock Machine fonctionnent de façon indépendante. L'un des individus arrêtés dans le second cas affiche son appui aux Hells Angels, ce qui tend à montrer que les nouveaux Rock Machine seraient tolérés par les Hells Angels et que la guerre, qui a fait 160 morts et blessés entre 1994 et 2002, est bel et bien chose du passé.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer