Diane Lemieux veut casser la «méthode Rambo»

La PDG de la Commission de la construction... (Photo Alain Roberge, archives La Presse)

Agrandir

La PDG de la Commission de la construction du Québec, Diane Lemieux, entend mettre un terme à l'intimidation qui règne sur les chantiers de la Côte-Nord.

Photo Alain Roberge, archives La Presse

Diane Lemieux ne fait pas partie du fan-club de Bernard Rambo Gauthier. Et le témoignage de ce dernier devant la commission Charbonneau a conforté la PDG de la Commission de la construction du Québec (CCQ) dans sa volonté de casser le régime de terreur qui règne sur la Côte-Nord. La «méthode Rambo» goûtera à la «méthode Lemieux», prévient-elle.

Il n'y a pas de place pour la violence verbale, les menaces, l'intimidation et les fiers-à-bras sur les chantiers de construction, a affirmé Mme Lemieux, qui se montre tranchante devant l'interprétation que fait un représentant syndical comme M. Gauthier de la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d'oeuvre dans l'industrie de la construction (R-20).

«La loi, ce n'est pas un buffet chinois dans lequel tu te sers comme tu veux et où tu laisses ce qui ne fait pas ton affaire. Et je ne ris pas», a affirmé la PDG de la CCQ, qui entend bien faire appliquer la loi dont elle a la responsabilité.

Mme Lemieux table sur le climat de confiance qu'elle perçoit sur la Côte-Nord pour combattre le problème qui a pris une ampleur alarmante. La CCQ a dressé la liste des syndicats et des individus délinquants, et elle entend bien les «sortir du jeu». Rambo, qui est le représentant du syndicat des opérateurs de machinerie lourde (local 791), affilié à la FTQ-Construction, est sur le radar de la CCQ.

«Je vais tout faire pour que les plaintes aillent de l'avant. On recueille de plus en plus de témoignages et on ne laissera pas tomber les gens de la Côte-Nord», a indiqué Mme Lemieux.

Devant la commission Charbonneau, Rambo a soutenu que le fait que les travailleurs de la construction puissent travailler sur un chantier hors de leur territoire de résidence (mobilité de la main-d'oeuvre) est à l'origine de la frustration des Nord-Côtiers et des gestes d'intimidation qui en découlent. Selon lui, la Côte-Nord est victime de l'envahissement d'entreprises et de travailleurs venus d'autres régions.

Diane Lemieux reconnaît que Bernard Gauthier a été très habile à brandir sa «noble cause» devant la commission Charbonneau pour justifier tous ses gestes. Elle ajoute que l'emploi dans les régions ressources est un véritable enjeu et une préoccupation constante, mais que cela ne peut pas se régler «à coups de deux par quatre sur la tête».

Faux problème

De plus, les données statistiques montrent que c'est un faux problème sur la Côte-Nord. En effet, 88 % des travailleurs de la construction qui habitent sur la Côte-Nord ont occupé un emploi dans leur région, en 2013. De plus, le taux de chômage, en janvier dernier, y était deux fois moins élevé qu'en Gaspésie (7,8 % contre 16,6 %).

Malgré tout, Rambo a reconnu qu'il s'arrogeait le droit de contrôler les embauches sur les chantiers et d'imposer ses façons de faire aux employeurs. Après tout, comme il l'a souligné le sourire aux lèvres, il est la «grande gueule de la Côte-Nord».

Et lorsque, parfois, ses méthodes ne fonctionnent pas devant des employeurs qui résistent, il a expliqué qu'il organisait des comités de chômeurs. Ces regroupements d'hommes gonflés à bloc par la colère allaient ensuite manifester, ce qui pouvait donner lieu à des «discussions viriles». D'autres témoins ont plutôt affirmé que ces manifestations rimaient parfois avec des coups et blessures.

Diane Lemieux a souligné le manque de courage de Bernard Gauthier, «qui se cache derrière les comités de chômeurs». «Ça aussi, c'est illégal. Ça s'appelle inciter à la violence», a-t-elle rappelé.

De la même façon, elle a rappelé que M. Gauthier ne peut pas imposer ses vues sous prétexte que des employeurs ne respectent pas la convention collective. «Si c'est le cas, il a le devoir de le signaler à la CCQ, qui a le pouvoir d'agir, pouvoir que la loi ne donne pas à M. Gauthier», laisse tomber Mme Lemieux.

Cette dernière a également souligné qu'«il y a des tout croches des deux côtés: des employeurs qui donnent des pots-de-vin pour s'assurer que leur business fonctionne et des individus qui encerclent, menacent, intimident pour faire rouler leur business syndicale. On tourne en rond. C'est un poison et on va casser ça».

Diane Lemieux est sceptique quand Bernard Gauthier affirme que son agressivité et son impulsivité sont derrière lui. Chose certaine, la fin ne justifie pas les moyens, croit-elle. «La violence ne peut être tolérée dans notre société qu'en une seule circonstance, et ça s'appelle la légitime défense. On n'est plus au Moyen Âge», affirme la PDG de la CCQ.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer