La comparution de Bissonnette «fait mal» confie un administrateur de la mosquée

« Personnellement, je considère que mon deuil n'est pas... (Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne)

Agrandir

« Personnellement, je considère que mon deuil n'est pas fait, a confié Mohamed Labidi en réprimant des sanglots. Mon deuil n'est pas terminé. Parce qu'à chaque fois, il faut que je me retienne devant vous (les journalistes), devant les personnes et devant ma communauté pour être à la hauteur. »

Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La comparution du présumé auteur de l'attentat de Sainte-Foy, Alexandre Bissonnette, a bouleversé l'administrateur du Centre culturel islamique de Québec, Mohamed Labidi, mardi.

M. Labidi a tenu à assister au deuxième rendez-vous de Bissonnette au palais de justice de Québec, considérant qu'il s'agit de son « devoir ».

Il est ressorti ému de la brève séance. Il a dit ressentir des sentiments partagés après avoir vu le jeune homme de 27 ans dans le box des accusés.

« Ça fait mal, a-t-il confié. Surtout quand on voit un jeune... ce n'est sa place. Ce crime, ce crime haineux. J'ai un mélange de sensations : pitié pour celui qui a fait le crime et, en même temps, nos frères qui sont décédés pour rien. »

Les représentants du Centre mandateront un avocat pour suivre les procédures. Ils souhaitent ainsi s'assurer que les droits des victimes ne soient pas brimés.

M. Labidi a dit faire pleinement confiance au système de justice pour traiter le cas d'Alexandre Bissonnette. Mais il a reconnu que les blessures causées par le crime ne sont pas cicatrisées.

« Personnellement, je considère que mon deuil n'est pas fait, a confié M. Labidi en réprimant des sanglots. Mon deuil n'est pas terminé. Parce qu'à chaque fois, il faut que je me retienne devant vous (les journalistes), devant les personnes et devant ma communauté pour être à la hauteur. »

La comparution de Bissonnette a également été suivie avec attention par Lidka Lafleur, une jeune femme qui l'a côtoyée lorsqu'il était étudiant au secondaire au Collège des Compagnons.

Mme Lafleur s'est présentée au palais de justice parce qu'elle souhaitait prendre contact avec l'accusé. Elle a confirmé que Bissonnette avait subi à répétition des actes d'intimidation lorsqu'il était étudiant, des gestes qui ont pu mener aux gestes qui lui sont reprochés aujourd'hui.

« Il est responsable de ce qu'il a fait, parce que c'est un choix qu'il a fait, a-t-elle confié. Mais il a été construit, plutôt démoli que construit, par l'intimidation. Pour moi, je considère qu'il y a d'autres responsables que lui là-dedans. Il y a des gens de notre école qui devraient se regarder très fortement et dire: "Mon Dieu, j'ai participé à ce massacre-là." »

Portant des menottes aux mains et aux pieds, Alexandre Bissonnette est apparu nettement plus détendu que lors de sa première comparution le 30 janvier. Il était vêtu d'un chandail rouge sur lequel on pouvait lire « Intégration Physiothérapie ». Il a jeté plusieurs regards dans la salle pendant sa comparution.

Son avocat, Jean Petit, a reçu une partie de la preuve amassée contre le jeune homme. Il a demandé et obtenu une ordonnance de non-publication qui couvrira les procédures d'enquête sous remise en liberté.

Comme c'était le cas lors de la première comparution de l'accusé, des mesures de sécurité exceptionnelles ont été déployées au palais de justice de Québec. Les représentants des médias et les membres du public ont été fouillés et ont dû passer un détecteur de métal avant d'accéder à la salle d'audience.

La salle d'audience d'une quarantaine de places était bondée pour la courte séance.

Alexandre Bissonnette sera de retour en cour le 30 mars.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer