Ottawa: Couillard n'exclut pas un lien avec l'attentat de St-Jean-sur-Richelieu

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard.... (Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne)

Agrandir

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard.

Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attentat à Ottawa

Actualité

Attentat à Ottawa

Le 22 octobre 2014, des coups de feu ont été tirés sur la colline parlementaire, à Ottawa. »

(Québec) Philippe Couillard n'a pas exclu que la fusillade au Parlement fédéral soit liée à l'attentat perpétré contre des militaires à Saint-Jean-sur-Richelieu, mercredi.

«On peut supposer, mais ce n'est pas confirmé, qu'il pourrait y avoir un lien entre l'événement d'aujourd'hui et les événements tragiques de Saint-Jean-sur-Richelieu, a déclaré le premier ministre à l'Assemblée nationale. Gardons cependant une certaine prudence avant d'avoir des données plus détaillées sur les enquêtes.»

Le président de l'Assemblée nationale, Jacques Chagnon, a assuré que « toutes les dispositions ont été prises» pour assurer la sécurité des députés et des employés du campus parlementaire.

Dans un rare moment d'unité, les chefs de tous les partis à l'Assemblée nationale ont pris la parole pour déplorer la fusillade qui paralyse toujours la colline parlementaire à Ottawa. L'attentat survient deux jours à peine après qu'un adepte de l'islam radical, Martin Couture-Rouleau, eut tué un militaire et en eut blessé un autre à Saint-Jean-sur-Richelieu.

«Notre société démocratique refuse de s'incliner devant des actes de violence aveugle, a déclaré M. Couillard. Notre société utilisera tous les outils à sa disposition pour combattre cette menace.»

Le chef par intérim du Parti québécois, Stéphane Bédard, juge que la situation est «inquiétante pour la démocratie». Il a appelé les parlementaires à poursuivre leurs travaux malgré les événements des derniers jours.

«Notre devoir, c'est de continuer à faire fonctionner la démocratie face à ceux qui vont s'attaquer à nos institutions, a déclaré M. Bédard. Le pire service qu'on peut se rendre, c'est justement d'arrêter de la faire fonctionner. »

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a appelé les parlementaires à la prudence. À ses yeux, il est trop tôt pour conclure à un acte terroriste, a-t-il indiqué.

« Tout ce qu'on peut faire, c'est souhaiter qu'il y ait le moins de blessés possible et que toutes nos pensées soient avec les gens qui sont au coeur de ces événements, a-t-il dit. Ce sont des événements qui sont bouleversants. »

La co-chef de Québec solidaire, Françoise David a abondé dans le même sens.

«Prudence, prudence, prudence avant d'établir des liens avec qui que ce soit et avec quoi que ce soit», a-t-elle dit.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer