Fuites médiatiques: plus de 80 policiers soupçonnés

Ce qu'on considérait comme des « discussions normales » sont... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Ce qu'on considérait comme des « discussions normales » sont aujourd'hui appelées des « fuites », a dit Patrice Carrier, inspecteur-chef aux enquêtes criminelles au SPVM, lors de son témoignage à la commission Chamberland, vendredi matin.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans une «vérification» effectuée pour tenter de trouver l'origine d'une fuite médiatique, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a obtenu en 2014 des informations sur 37 policiers de la Division des crimes majeurs, portant à plus de 80 le nombre de policiers soupçonnés de transmettre des informations aux journalistes dans les dernières années.

Rappelons que plus tôt cette semaine, l'ancien patron de la Division des affaires internes du SPVM a affirmé que dans le cadre d'une autre enquête survenue en 2016, 49 policiers ont été rencontrés pour déterminer si l'un ou l'autre d'entre eux était à l'origine d'un article publié dans La Presse.

Devant la Commission Chamberland, vendredi, l'inspecteur-chef Patrice Carrier a expliqué comment il avait procédé en 2014 pour établir quel policier avait transmis de l'information confidentielle aux médias.

À l'époque, l'homme avait alerté ses supérieurs après avoir vu son patron, Denis Mainville, en rencontre avec le journaliste de La Presse Daniel Renaud dans les bureaux du SPVM à la Place Versailles. Mais avant que les soupçons ne se tournent vers Denis Mainville, Patrice Carrier avait cherché ailleurs.

«Quelqu'un, quelque part a divulgué de l'information de façon non autorisée (...). J'allais entreprendre certaines vérifications dans mon unité pour établir de façon préliminaire si la fuite peut provenir de mon bureau», a-t-il relaté vendredi.

C'est ainsi que la facturation détaillée du téléphone cellulaire et les échanges courriels pendant une semaine de 37 policiers ont été examinés. «J'ai cherché quelles informations je pouvais avoir de manière rapide», a expliqué Patrice Carrier, notant qu'il était lui-même l'objet de cette vérification.

Il assure qu'aucun numéro de cellulaire de journaliste n'a été obtenu dans le cadre de cette vérification. Il a toutefois identifié l'adresse de courriel de sept journalistes de La Presse qui avaient publié des articles en lien avec la fuite médiatique.

«Je ne suis pas intéressé de savoir à qui les journalistes parlent, avec qui ils communiquent. Je veux savoir à qui mes enquêteurs parlent, à qui ils dévoilent de l'information (...) et s'ils respectent leur devoir de confidentialité», dit Patrice Carrier.

Devant la Commission Chamberland, Denis Mainville a assuré qu'il n'avait «rien à cacher» de cette rencontre, qui se tenait dans un bureau vitré. «Ça fait des années qu'on rencontre les journalistes, pour moi il y a un intérêt organisationnel», a-t-il dit, ajoutant à plusieurs reprises au cours de son témoignage qu'il n'avait «jamais dérogé à une directive».

L'enquête pour abus de confiance à son égard n'a finalement pas donné lieu à des accusations. L'enquêteur-chef a pris sa retraite en mars 2015, pour être remplacé par Patrice Carrier.

De «discussions normales» à «fuites»

Les relations entre le SPVM et les médias ont changé après 2010, a également noté vendredi Patrice Carrier.

Ce qu'on considérait comme des «discussions normales» sont aujourd'hui appelées des «fuites», a dit l'inspecteur-chef de la Division des crimes majeurs.

«Autre temps autre moeurs : lorsque j'étais chef d'équipe en 2010, des membres des médias participaient à nos tournois de golf ou nos activités sociales; ce n'était pas rare de voir des journalistes, dit Patrice Carrier. Par la suite, il y a eu de plus en plus de restrictions. Maintenant c'est beaucoup plus structuré, ce sont les porte-paroles ou les relationnistes qui parlent aux médias.»

Il est aujourd'hui lui-même porte-parole auprès des médias. Il affirme que le SPVM ne «formate» pas le message lorsqu'il s'adresse aux journalistes. «Lorsqu'on parle d'homicide ou d'enquête indépendante, je sais ce que je peux dévoiler. Formater serait d'épurer le message et ce n'est pas le cas. S'il y a une épuration, c'est moi qui va la faire.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer