Discrétion, meilleure accessibilité, gain de temps... Avec la multiplication des applications et des programmes en ligne d'entraînement, il est de plus en plus facile de trouver un programme qui vous intéresse si vous désirez bouger à la maison.

Publié le 26 déc. 2018
Christian Geiser LA PRESSE

Sandra Cormier, 46 ans, a toujours été active. Mais son travail lui complique les choses. « Depuis 15 ans, j'agis comme ressource intermédiaire pour des personnes qui ont une déficience intellectuelle. S'entraîner à la maison est plus simple pour moi, car c'est comme si j'étais toujours sur appel. »

En septembre dernier, elle s'est donc abonnée lors de son lancement à la nouvelle plateforme de Josée Lavigueur : Ma Zone Fit. « C'est comme si j'avais tout ce qu'on peut avoir dans un gym, mais à la maison et en mieux. Car on se déplace avec. J'ai tout mon entraînement avec moi. Je peux le faire où je veux, quand je veux. » La plateforme répond aux réalités de son emploi du temps et permet aussi de réagir aux mauvaises surprises. « On a eu un dégât d'eau la semaine passée, il a fallu trouver une place où habiter en attendant. J'ai quand même pu continuer à m'entraîner ! »

Josée Lavigueur est convaincue que les plateformes de ce type, qui privilégient un contact plus direct avec ses membres, est une façon de démocratiser l'entraînement. Notamment pour ceux qui n'osent pas aller dans un centre sportif ou qui n'en ont pas les moyens. « Eux aussi ont le droit de s'entraîner ! », déclare celle qui fait bouger les Québécois depuis plus de trois décennies.

Selon Cathy Lam, de MonGymEnLigne, « ce modèle d'affaires est une belle façon de se rapprocher des gens, d'avoir leur feedback ». Il permet aussi d'accompagner les membres et de maintenir leur motivation. « On leur fait passer un test complet à la maison et, ensuite, on les guide dans leur cheminement. Que ce soit en répondant à leurs questions ou en envoyant tout au long du programme des rappels et des capsules de motivation. » 

PETITE COMMUNAUTÉ, GRANDE COMMUNICATION 

Car le gros atout des plateformes québécoises par rapport aux géants de l'entraînement (Nike+, Freeletics, Adidas, Results, etc.), c'est la taille de leurs communautés qui fait en sorte que les abonnés ne sont pas qu'un numéro parmi des centaines de milliers, voire des millions d'utilisateurs. 

Les abonnés à ces services vont se retrouver sur un forum (page Facebook privée ou sur le site de leur application) où ils pourront également échanger des informations avec des personnes qui ont le même profil qu'eux.

PHOTO FOURNIE PAR MONGYMENLIGNE

Émilie Voyer, Maryline Provost et Cathy Lam, de MonGymEnLigne

« L'avantage, c'est la communauté », confirme Simon Hamptaux, qui vient de lancer L'arène, un site d'entraînement spécialisé en callisthénie (combinaison de musculation au poids du corps et de mouvements de gymnastique). « Chaque mois, on a des questions/réponses où je réponds aux questions des membres. J'offre aussi des ateliers en ligne. Je vais avoir le même équipement que la personne qui a des questions et je vais décortiquer avec elle le mouvement... à partir de mon salon. » 

PLACE À LA SOUPLESSE 

Selon la formule retenue, les abonnements à ces services varient de 10 à 30 $ par mois. 

« Je trouve que j'en ai plus pour mon argent que quand j'allais dans des centres d'entraînement. Des fois, j'avais envie d'essayer des cours, mais ce n'était pas le bon jour. Alors que là, c'est quand, où et comment je veux. »

- Sandra Cormier

« En plus, quand tu t'abonnes au gym, c'est pour une personne. Tandis que là, toute la famille peut en profiter ! » 

Évidemment, ce n'est pas l'équivalent d'avoir avec soi un entraîneur qualifié, et il faut faire attention au piège d'être tout le temps seul. « La plus grande erreur quand on s'entraîne, c'est de s'isoler. On finit alors par tourner en rond. On fait toujours les mêmes choses et on répète les mêmes erreurs », prévient Josée Lavigueur, qui croit qu'idéalement, on devrait aussi combiner l'entraînement avec le gym et des activités à l'extérieur. 

Il ne faut pas non plus oublier de s'entraîner pour le plaisir, et pas seulement pour des raisons « médicales », rappelle Guy Thibault, docteur en physiologie de l'exercice et directeur des sciences du sport à l'Institut national du sport du Québec. 

« Le fait que les programmes maison d'exercice physique puissent s'accompagner d'effets biologiques non négligeables ne signifie pas qu'il faut pour autant abandonner l'objectif d'édifier une société où tous et toutes découvrent le plaisir et la satisfaction d'intégrer des activités physiques et sportives dans leur vie de tous les jours », affirme-t-il. 

En d'autres mots, il faut s'entraîner avant tout pour le plaisir. Chez soi ou dehors. Seul ou en groupe.

> Consultez le site MonGymEnLigne

> Consultez le site Ma Zone Fit

> Consultez le site de Simon Hamptaux, L'arène

Photo fournie par Simon Hamptaux

Simon Hamptaux vient de lancer L'arène, un site d'entraînement spécialisé en callisthénie (combinaison de musculation au poids du corps et de mouvements de gymnastique).

PROGRAMMES EN LIGNE D'ENTRAÎNEMENT

AVANTAGES

• Souvent plus économique qu'un abonnement au gym 

• On apprivoise les mouvements à l'écart des regards 

• Pas besoin de se déplacer 

• On s'entraîne quand on veut ou peut 

• On donne l'exemple à la maison 

• Forum d'échanges fermés et réactifs

DÉSAVANTAGES 

• Facile de devenir plus « paresseux » 

• Risque de se démotiver, tout seul dans son sous-sol 

• Risque de blessure plus élevé, car sans supervision 

• On peut se faire déranger régulièrement 

À VÉRIFIER AVANT DE CHOISIR SON APPLICATION 

• Qui la fait ? Est-ce que ce sont des entraîneurs qualifiés ? 

• Est-ce en complément ou comme sport principal ? 

• Quel équipement faut-il ?