Source ID:8d0a67e3-1c37-4839-a922-f1fc0e907db0; App Source:alfamedia

Retraites: arrêter. Respirer. Repartir

Le Monastère des Augustines a été rénové et... (Photo David Boily, Archives La Presse)

Agrandir

Le Monastère des Augustines a été rénové et mis en valeur par l'équipe des architectes d'ABCP.

Photo David Boily, Archives La Presse

Jadis réservées aux excentriques en quête de spiritualité et de pratiques parfois extrêmes, les retraites sont devenues hyper populaires en cette ère branchée où l'on est souvent à bout de souffle. Elles permettent de se ressourcer, se reposer ou s'énergiser, durant quelques heures ou quelques jours. Nous en avons testé cinq, aux horizons fort différents.

Le petit-déjeuner est compris avec la chambre et... (Photo David Boily, Archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

Le petit-déjeuner est compris avec la chambre et se prend en silence au restaurant du Monastère.

Photo David Boily, Archives La Presse

Le Monastère des Augustines

C'est sans contredit le cinq-étoiles des retraites. Le lieu, d'abord, appelle au calme dès qu'on passe les portes du Monastère, le plus vieil hôpital d'Amérique du Nord. La direction est maintenant laïque, mais il reste quelques augustines que l'on croise et que l'on peut même entendre chanter à la messe du dimanche matin. La vocation du Monastère est restée très proche de celle qui avait amené les religieuses à Québec: faire du bien au corps et à l'âme.

La programmation comprend des ateliers et retraites de yoga, de méditation, de croissance personnelle et d'herboristerie, notamment. On peut aussi tout simplement s'offrir un séjour sur place et participer aux séances de méditation ou yoga quotidiennes. Il y a également la massothérapie sur place.

Le petit-déjeuner est compris avec la chambre et se prend en silence au restaurant du Monastère. Le reste du temps, vous pouvez bavarder autant que vous voulez, mais tout le monde parle à voix basse, naturellement, et on imagine mal un client parler au téléphone à tue-tête. Ce n'est pas dans les pratiques de l'endroit.

Il y a deux types de chambre: les petites chambres de nonnes, charmantes, avec salles de bains et de douches partagées, et aménagement impeccable, et, au quatrième et dernier étage, les chambres avec salles de bains privées pour un confort optimal. Les aires communes sont nombreuses et lumineuses; il fait bon y lire un livre. L'emplacement, à côté de l'Hôtel-Dieu, entre le Vieux-Québec et le quartier Saint-Roch, est idéal.

Nous avons participé à une retraite ayurvédique d'un week-end avec Krystine St-Laurent, jeune entrepreneure qui concocte ses huiles essentielles avec les plantes qu'elle fait pousser dans son jardin de la région de Bellechasse. Une vingtaine de femmes de partout au Québec, de tous les âges, y participaient et commençaient leur méditation dès 5 h. Les repas, compris dans le forfait, étaient colorés et délicieux, faits de plantes aux mille vertus. Une formidable expérience.

Pour

Tous. La programmation du Monastère des Augustines permet à chacun de trouver des activités qui conviennent. Il y a même des conférences consacrées à la pleine conscience au boulot.

Calculez

Pour une retraite d'un week-end incluant les repas, l'hébergement et les activités, pensez à 600 $ et même plus si vous optez pour une chambre avec salle de bains privée.

Notre coup de coeur

L'endroit, fabuleux, rénové et mis en valeur par l'équipe des architectes d'ABCP.

Chez Happy Fitness, l'entraînement commence généralement le samedi... (Photo fournie par Happy Fitness) - image 2.0

Agrandir

Chez Happy Fitness, l'entraînement commence généralement le samedi matin par une course en nature.

Photo fournie par Happy Fitness

HappyFitness

HappyFitness, c'est Chloé Rochette et Sophie Geoffrion, deux jeunes entrepreneures extrêmement dynamiques. Leurs retraites attirent des femmes de tous les âges. Lorsque nous avons passé le week-end HappyFitness avec elles, l'automne dernier, la moyenne d'âge oscillait autour de 40 ans, car le groupe comportait deux jeunes retraités (marathoniennes, par ailleurs), une mère et sa fille universitaire et quelques duos de copines, dans la trentaine. 

La retraite que nous avons testée, le week-end culinaire, n'est malheureusement pas offerte cette année, HappyFitness ayant résolu de se consacrer à la fitness. L'expérience est comparable: l'arrivée, le vendredi, est plutôt relax. L'entraînement commence généralement le samedi matin par une course en nature. Ça se poursuit avec des séances style bootcamp, étirements, yoga, relaxation... 

Ce que nous avons adoré plus que tout, c'est l'esprit inclusif de l'entraîneure en chef, Chloé, une femme d'une énergie et d'un charisme incroyables. Vous êtes la pire du groupe (cas fictif...)? Eh bien! vous allez vous sentir comme une championne! Chloé s'adapte aux besoins de chacune, et la force du groupe fait des miracles. Du pur bonheur - avec un peu de sueur aussi. 

Ce qui fait également des miracles, ce sont les repas préparés par «Madame Sophie», une nutritionniste gourmande dont la cuisine colorée et savoureuse guérit toutes les courbatures post-entraînement. Vraiment exceptionnel, même pour les plus exigeantes côté gastronomie santé. 

L'hébergement se fait en chambre partagée et parfois même en lit partagé si vous vous inscrivez seule, pour la formule chalet. Les retraites se font aussi en camping, dans du prêt-à-camper. À noter: HappyFitness offre également des retraites d'une semaine sous le soleil du Costa Rica.

Pour

Les actives, de toute évidence, mais aussi celles qui veulent bouger le temps d'un week-end. 

Calculez

Au moins 500 $ pour une retraite en chalet, un peu moins pour celles en «glamping». 

Notre coup de coeur

La chimie qui s'est si rapidement installée dans le groupe.

Nicole Bordeleau partage sa sagesse aux accents bouddhistes.... (Photo fournie par Nicole Bordeleau) - image 3.0

Agrandir

Nicole Bordeleau partage sa sagesse aux accents bouddhistes. Comme dans ce genre d'événement, ce sont majoritairement des femmes qui s'inscrivent.

Photo fournie par Nicole Bordeleau

Yoga Monde - Nicole Bordeleau

La réputation de Nicole Bordeleau n'est plus à faire et si vous avez envie d'assister à l'une de ses retraites urbaines, n'hésitez pas trop longtemps, car elles se remplissent très rapidement.

Cette professeure de qi gong-yoga, une méthode qu'elle a développée et qui est accessible à tous, propose plusieurs types d'événements: des retraites de week-end au Monastère des Augustines, des retraites au Mexique, mais aussi des journées de mouvement et réflexions.

C'est à ces retraites urbaines que nous avons assisté, deux fois plutôt qu'une. Urbaines, parce qu'elles se tiennent dans le cadre peu bucolique du DIX30, ce célèbre centre commercial de la Rive-Sud. Sceptiques, soyez rassurés: la journée se déroule au dernier étage de l'hôtel Alt, là où la vue sur la ville et la partie ouest de la Rive-Sud est époustouflante. Ça aide pour la méditation, qui est pratiquée quelques fois dans la journée.

Nicole Bordeleau partage aussi sa sagesse aux accents bouddhistes. Comme dans ce genre d'événement, ce sont majoritairement des femmes qui s'inscrivent. Au cours de nos deux journées, la proportion était identique: 3 messieurs courageux sur l'ensemble des 80 inscriptions.

Pour

Les gens qui ont besoin de prendre soin d'eux, de prendre quelques grandes respirations pour mieux retourner au bureau le lundi matin.

Calculez

Autour de 125 $ pour la journée.

Notre coup de coeur

La gentillesse authentique de Nicole Bordeleau, une femme qui fait du bien.

Si c'est vraiment le bouddhisme qui vous intéresse,... (PHOTO ALEXIS AUBIN, COLLABORATION SPÉCIALE) - image 4.0

Agrandir

Si c'est vraiment le bouddhisme qui vous intéresse, le centre Kadampa, situé au coeur du Plateau Mont-Royal, est une excellente porte d'entrée.

PHOTO ALEXIS AUBIN, COLLABORATION SPÉCIALE

Méditation Kadampa

Si c'est vraiment le bouddhisme qui vous intéresse, le centre Kadampa, situé au coeur du Plateau Mont-Royal, est une excellente porte d'entrée. L'endroit est sans prétention: on y enseigne les rudiments de la méditation sur des chaises droites, dans une salle à l'éclairage blafard. Mais les classes sont bien construites: une méditation guidée au début et à la fin; entre les deux, des enseignements sur la philosophie bouddhiste. 

Le Centre offre aussi des «retraites» d'une journée sur un thème précis: la colère, le pardon, la mort... L'enseignant nous donne un éclairage bouddhiste sur la question. On peut assister à une retraite sans même avoir appris les rudiments de la méditation, les professeurs étant bien au fait que des nouveaux venus s'y pointent chaque fois. Les instructions sont claires, et on rappelle souvent que la pratique de la méditation demande patience et bienveillance.

Pour 

Les gens qui ont une ouverture au bouddhisme et à ses rituels, qui ont besoin de réfléchir sur leur vie, de respirer, de positivisme. 

Calculez

25 $ pour une demi-journée et 40 $ pour la journée complète.

Notre coup de coeur

La simplicité des enseignements, qui rappelle que le bouddhisme, tout comme la vie, est une succession de cause à effet que l'on appelle le karma.

À l'Abbaye Val-Notre-Dame, il est question de séjour... (Photo Edouard Plante-Fréchette, Archives La Presse) - image 5.0

Agrandir

À l'Abbaye Val-Notre-Dame, il est question de séjour plus que de retraite, puisque les hôtes sont totalement libres de leur temps.

Photo Edouard Plante-Fréchette, Archives La Presse

L'Abbaye Val-Notre-Dame

Faut-il être croyant pour s'inscrire à une retraite à l'Abbaye des moines de Saint-Jean-de-Matha? Pas obligatoirement, car vous n'êtes pas obligé d'assister aux nombreuses messes. Mais contrairement au Monastère des Augustines, qui a désormais une vocation laïque, quand vous allez à l'Abbaye, vous allez chez les moines. 

Cette fois, il est question de séjour plus que de retraite, puisque les hôtes sont totalement libres de leur temps. L'endroit - cette magnifique abbaye conçue par l'architecte Pierre Thibault - appelle à la réflexion, au calme. Et ça tombe bien, car le silence est obligatoire presque partout. C'est un endroit que les gens visitent surtout seuls, car il y a peu d'espaces communs, si ce n'est la nature magnifique qui entoure les lieux. 

C'est frère Jean-Marc qui s'occupe de l'accueil des hôtes, ce qu'il fait très bien. De son propre aveu, avoir le droit de bavarder le rend très volubile. Par contre, ses repas sont assez traditionnels, simples. Sachez-le: une retraite à l'Abbaye n'est pas une expérience gastronomique - vraiment pas. Sachez aussi qu'au bout du chemin, il y a le magasin de l'Abbaye où l'on vend non seulement les produits fabriqués sur place, mais aussi quelques trésors du terroir de Lanaudière qui rendent le séjour plus joyeux. 

Si vous êtes intéressé, réservez rapidement. Le séjour chez les moines est populaire. Les retraites ont lieu du lundi au jeudi ou du vendredi au dimanche. 

Pour

Les gens qui se contentent de peu, qui veulent vivre une expérience avec eux-mêmes. Le confort des 13 chambres est spartiate. 

Calculez

La contribution est volontaire, selon les moyens de chaque visiteur. On propose une contribution de 60 $ par jour; les trois repas de frère Jean-Marc sont compris (mais pas le chocolat que vous irez acheter pour grignoter dans la chambre...). 

Notre coup de coeur 

La belle nature qui entoure l'Abbaye.




Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer