Les Chinois pourront désormais régler l'achat d'un iPhone en mensualités : Apple, qui voit ses ventes chuter en Chine, s'est associé à des banques locales et au bras financier d'Alibaba pour proposer d'inédites solutions de crédit à taux zéro et reconquérir les consommateurs.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Sur son site internet chinois, la marque à la pomme proposait vendredi d'acheter un iPhone XR, son dernier modèle de téléphone intelligent, en le payant de façon échelonnée, via des mensualités descendant à 271 yuans (35 euros) sur 24 mois.

Cette solution de crédit était également disponible pour l'iPhone XS, avec des mensualité débutant à 362 yuans (47 euros). L'appareil est vendu à partir de 8699 yuans (1142 euros), montant colossal au vu du salaire moyen chinois.  

Pour ce faire, Apple s'est associé à quatre banques locales - dont ICBC -, ainsi qu'avec Ant Financial, société affiliée au champion chinois du commerce électronique Alibaba. A l'exception d'une des banques, tous proposent des crédits à taux zéro.

Mieux encore : sur son site, Apple encourage ses clients à échanger leur ancien iPhone contre un neuf afin d'obtenir d'importants rabais.

Ces mesures du géant américain de l'électronique, inédites en Chine, interviennent alors qu'Apple voit ses parts s'effriter sur ce marché crucial - qui concentre un tiers des ventes mondiales de téléphones intelligents, toutes marques confondues.

Or, les ventes d'iPhone en Chine se sont effondrées de 20 % sur un an au quatrième trimestre 2018, à 11,8 millions d'unités, selon des estimations du cabinet IDC.

Pénalisée par le ralentissement général du marché chinois, mais également par les prix de plus en plus onéreux de ses modèles, Apple, avec 11,5 % du marché, reste très en deçà des fabricants chinois de téléphones intelligents, Huawei (29 % de parts), Oppo et Vivo (presque 20 % chacun).

Cette chute d'Apple s'est accélérée dans les derniers mois : sur l'ensemble de 2018, ses ventes en Chine ont reculé de 11,7 %.  

De fait, le groupe de Tim Cook avait averti courant janvier que ses ventes de fin d'année seraient décevantes par rapport aux prévisions précédentes, notamment en raison de l'essoufflement économique en Chine.

De quoi inciter Apple à proposer ces financements attractifs pour séduire à nouveau les consommateurs chinois, refroidis par le prix stratosphérique des nouveaux modèles.

Parmi ses nouveaux alliés figure Huabei, un service d'Ant Financial, le groupe financier géant contrôlé par Jack Ma, le magnat fondateur d'Alibaba.

Revendiquant un milliard d'usagers, Ant Financial administre Alipay, principale plateforme de paiement électronique en Chine, mais propose aussi prêts en ligne et placements. Selon la presse chinoise, Huabei acceptera de relever les plafonds de crédit de ses usagers s'ils achètent un produit Apple.