Une femme pour 2500 hommes. C'est la proportion ahurissante à laquelle est arrivé un site américain spécialisé, Gizmodo, en analysant la base de données du site de rencontre entre adultes infidèles Ashley Madison.

Mis à jour le 28 août 2015
Karim Benessaieh LA PRESSE

«L'écrasante majorité des hommes qui ont utilisé Ashley Madison n'ont pas eu de relations extraconjugales, écrit l'auteure de l'article, Annalee Newitz. Ils payaient pour un fantasme.»

Les soupçons couraient depuis longtemps voulant que ce site avait créé des milliers de profils féminins pour attirer les hommes en quête d'une aventure. En 2012, une ex-employée avait poursuivi le site canadien pour des séquelles liées à un travail trop répétitif, elle qui a dû ouvrir et gérer plus d'un millier de faux comptes. Les pirates eux-mêmes, en rendant publiques les informations confidentielles de 37 millions d'usagers, avaient dénoncé le fait que «des milliers» de profils féminins étaient faux.

Aberrations statistiques

Officiellement, on compte 5,5 millions de profils féminins sur les 37 millions qui ont été divulgués. Comment déterminer lesquels appartiennent à de vraies utilisatrices? Impossible de recouper les paiements par carte de crédit, puisque les femmes ne paient rien sur ce site. Gizmodo a eu l'idée de vérifier si les utilisateurs ont consulté la boîte de courriel liée à leur compte Ashley Madison. Les deux tiers des hommes, soit 20,2 millions, l'avaient fait au moins une fois, contre seulement 1492 femmes.

La même aberration a été découverte en ce qui concerne les discussions en direct, les chats. Onze millions d'hommes ont eu une conversation à travers l'interface d'Ashley Madison, contre seulement 2400 femmes. En outre, 9700 femmes avaient répondu au moins une fois à un message d'un autre utilisateur, contre 5,9 millions d'hommes.

Au total, estime la journaliste, le nombre de «vraies» femmes sur Ashley Madison doit tourner autour de 12 000, pour 31 millions d'hommes. «Ce n'est pas un lieu merveilleux de débauche pour hommes trompant leurs femmes. C'est plutôt un futur de science-fiction où toutes les femmes de la Terre seraient mortes, et où un ingénieur fou les aurait remplacées par des robots mal conçus.»

Depuis l'annonce que les données confidentielles de 37 millions d'utilisateurs avaient été rendues publiques, 5 plaintes ont été officiellement déposées contre Ashley Madison, 4 aux États-Unis et 1 au Canada. On argue notamment que la direction du site avait été avisée de failles de sécurité qui n'ont jamais été corrigées. On attribue en outre deux suicides à cet acte de cyberpiratage.