Le cours de la monnaie virtuelle bitcoin se reprenait sensiblement jeudi après avoir plongé de près de 50% la veille, suite à de nouvelles mesures restrictives en Chine où la principale plateforme d'échanges refuse de nouveaux dépôts.

Mis à jour le 19 déc. 2013
Amanda WANG AGENCE FRANCE-PRESSE

Sur BTC China, première plateforme mondiale de transactions de la monnaie électronique, le bitcoin s'échangeait à 3245 yuans (530$ US) jeudi vers 11h00 GMT (6h00 à Montréal), après être descendu mercredi jusqu'à 2011 yuans (329$ US).

En dépit de ce vif rebond, le prix du bitcoin en yuans restait très en-deçà des cours pratiqués à l'étranger: au même moment, sur la plateforme japonaise Mt. Gox, le bitcoin s'échangeait à 640$ US, et il valait 615$ US sur la plateforme BitStamp basée à Londres.

BTC China avait annoncé mercredi qu'elle cessait d'accepter tout nouveau dépôt en yuans par ses usagers sur leurs comptes, en raison de «nouveaux règlements gouvernementaux» non spécifiés.

Cet avertissement avait provoqué une panique des spéculateurs chinois et un plongeon du cours de la monnaie virtuelle sur la plateforme. La Chine est le premier marché du monde pour les échanges de bitcoins.

Cependant, «nous restons opérationnels, et nous continuons les échanges», les usagers pouvant toujours céder ou acheter des bitcoins ou bien retirer des yuans, a expliqué mercredi soir à l'AFP Bobby Lee, patron de BTC China.

Lundi, le journal financier Diyi Caijing Ribao avait par ailleurs rapporté que la banque centrale chinoise avait interdit les opérations de compensation impliquant des bitcoins aux plateformes de paiements en ligne, à l'occasion d'une réunion à huis clos.

Début décembre, un avertissement de la Banque centrale interdisant aux établissements financiers toute transaction en bitcoins avait déjà fait plonger la monnaie virtuelle, faisant se volatiliser en une heure l'équivalent de 5 milliards de dollars à l'échelle mondiale.

Cette monnaie électronique, inventée en 2009 et émise à partir de codes informatiques complexes, peut être stockée dans des portefeuilles électroniques et échangée de gré à gré via des plateformes sur internet contre des devises réelles, sans passer par le système bancaire.

Alors que Pékin conserve un strict contrôle sur les échanges de devises, la Banque centrale a lancé plusieurs mises en garde ces dernières années contre les monnaies virtuelles.

Signe de la fièvre spéculatrice dans le pays, le cours du bitcoin en yuans sur BTC China a explosé en 2013, passant de 82,29 yuans (14,42$ CAN) au 1er janvier à un sommet de 7588,88 yuans (1330$ CAN) le 30 novembre... voyant ainsi sa valeur multipliée par 92 en onze mois.

Ce n'est pas la première fois que la monnaie électronique connaît un mini-krach: en avril, le cours du bitcoin s'était effondré de 80% en deux jours, avant de rebondir et de reprendre son envol à un rythme décuplé.