La Corée du Sud a accusé mardi la Corée du Nord d'être responsable d'une vaste cyberattaque qui a perturbé ou mis hors d'état plusieurs sites du gouvernement et de médias le mois dernier.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Le ministère sud-coréen des Sciences affirme que les pirates qui ont sévi entre le 25 juin et le 1er juillet ont utilisé au moins une adresse IP utilisée lors d'attaques précédemment imputées à la Corée du Nord, en 2009 et 2011.

«Nous pensons que la Corée du Nord est responsable de l'attaque», a déclaré un responsable du ministère, Park Jae-Moon.

Séoul avait également accusé l'agence de renseignement militaire nord-coréenne d'être à l'origine d'une puissante attaque qui avait paralysé l'émission de trois grandes chaînes de télévision et l'activité de plusieurs banques.

Le logiciel malveillant utilisé dans la dernière attaque est une simple évolution de celui qui avait été utilisé le 20 mars, selon M. Park.

Quasiment tous les sites et les serveurs de 69 administrations publiques et entités privées visées par cette opération fonctionnent aujourd'hui normalement.