Le système d'exploitation pour téléphones portables, Windows Phone 8, a pour ambition d'occuper la troisième place derrière ses concurrents, les plateformes Android (Google) et iOS (Apple) qui dominent le marché, voire de leur «passer devant», selon Microsoft.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Au niveau mondial, l'objectif est de devenir troisième OS (système d'exploitation) mobile en terme de parts de marché, et commencer à regarder comment passer devant», a déclaré à l'AFP le directeur mobilité et opérateurs de Microsoft France, Laurent Schlosser, lors du congrès de la téléphonie mobile, qui se tient jusqu'à jeudi à Barcelone.

Le défi est de taille. Sur l'année 2012, la part de marché d'Android a été de 68,4% et celle d'Apple de 19,4%.

Les autres systèmes d'exploitation, dont BlackBerry, Symbian, et Windows Phone se sont partagés les miettes.

Le système d'exploitation de Microsoft pour mobiles, développé notamment pour le fabricant finlandais Nokia, a connu «un très fort développement en Amérique latine comme dans les pays de l'Est, car la marque Nokia y est très implantée», souligne néanmoins M. Schlosser.

Le géant américain a toutefois décidé de concentrer ses investissements, «pour faire connaître la marque Windows Phone, sur les États-Unis, l'Angleterre, la France et l'Allemagne», car «ce sont probablement les marchés les plus compétitifs», explique M. Schlosser.

Pour le dirigeant de Microsoft France, les cartes ont été rebattues dans le monde de la téléphonie mobile depuis le lancement de la 4G qui «remet les compteurs à zéro».

Car, assure-t-il, «tous les constructeurs n'ont pas forcément le savoir-faire ou l'expérience de toutes les bandes de fréquences de la 4G qui existent dans différents endroits dans le monde».

Selon lui, le deuxième élément positif, ce sont aujourd'hui les «130 000 applications, même s'il nous en manque quelques'unes».

À titre de comparaison, Apple et Google visaient tous les deux sur le chiffre de 800 000 applications à la fin 2012.

«Notre priorité aujourd'hui, plus que la quantité c'est la qualité, la différenciation. L'important ce n'est pas d'avoir 10 applications météo, mais d'avoir celle qui permet d'avoir trois lieux différents sur la même page», réplique M. Schlosser.

Quant à l'annonce par Mozilla du lancement d'un nouveau système d'exploitation «open-source» (libre d'accès), Firefox OS», elle n'inquiète pas outre mesure le géant Microsoft.

«Dans cette compétition il n'y a que quelques acteurs qui seront capables de tenir dans le temps car ça nécessite des investissements colossaux. Nous avons un écosystème de produits et de services et il n'y a pas beaucoup d'acteurs qui embrassent les choses à cette échelle là», assure-t-il.