Texas Instruments a déjà annoncé son désintérêt envers les puces pour téléphones intelligents. Amazon jongle depuis plusieurs mois avec l'idée de lancer son propre mobile. Des atomes crochus qui pourraient se traduire par une importante transaction plaçant Amazon aux côtés d'Apple et Samsung.

Alain McKenna, collaboration spéciale TECHNO

La rumeur émanant d'un blogue spécialisé israélien laisse entendre que les processeurs mobiles OMAP de Texas Instruments (TI) pourraient ainsi changer de mains et atterrir dans le portfolio d'Amazon, qui pourrait ainsi mieux contrôler l'évolution de ses liseuses, tablettes et autres appareils mobiles.

Selon le site Calcalist.co.il, les deux entreprises américaines seraient à un stade avancé de négociations qui se solderaient par une transaction évaluée à plusieurs milliards de dollars.

À la fin septembre, la direction de TI avait clairement signifié son intention de laisser tomber le créneau des processeurs mobiles, un créneau où ARM, Intel, Nvidia, Qualcomm et Samsung, notamment, s'avèrent de féroces concurrents. Depuis son acquisition du fabricant P.A. Semi, Apple peut également être ajouté à cette liste.

Pour Amazon, ce serait un coup double, puisque la chaîne de librairies Barnes & Noble, son principal rival aux États-Unis, recourt aux processeurs OMAP pour animer ses propres appareils mobiles de la gamme Nook.

En plus de ses liseuses Kindle et de sa tablette multimédia Kindle Fire, Amazon jonglerait depuis quelques mois déjà à la mise en marché de son propre téléphone intelligent. Des études indépendantes ont déjà démontré que près du quart des dizaines de millions de clients de la société menée par Jeff Bezos serait prêt à considérer l'achat un tel appareil.

Déjà, Amazon se targue de posséder un peu plus de 20% du marché américain des tablettes numériques. Il semble donc y avoir un potentiel pour un téléphone reprenant les caractéristiques partagées par la gamme Kindle. Reste d'abord à voir si la rumeur liant Amazon à TI se concrétisera...