Le groupe japonais Sharp a indiqué jeudi qu'il allait cesser de produire et vendre ses deux tablettes numériques «Galapagos» lancées il y a moins d'un an, sans disposer pour l'heure de produits de remplacement, hormis un modèle conçu pour un opérateur mobile.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Sharp ne fabriquera plus les deux tablettes «Galapagos» disposant d'un écran de 5,5 pouces et 10,8 pouces.

Depuis l'origine, ces ardoises de lecture de livres numérisés, présentées en fanfare fin 2010, n'étaient pas directement disponibles en magasin mais uniquement vendues via internet, ce qui a restreint leur visibilité.

Sharp continuera cependant à proposer un modèle de 7 pouces plus polyvalent lancé à la fin du mois dernier avec le groupe japonais de services de télécommunications eAccess.

La firme d'Osaka a refusé de communiquer les chiffres de ventes des tablettes Galapagos originales, lesquelles n'ont de toute façon pas réussi à tailler des croupières aux populaires iPad d'Apple, en dépit de la librairie en ligne bien garnie que Sharp a ouverte avec le groupe nippon de distribution de produits culturels Tsutaya.

«Nous pensons que le marché des livres électroniques va continuer à se développer. Nous continuons notre activité dans le segment» avec le modèle de 7 pouces, a souligné une porte-parole de Sharp.

Le service en ligne de Sharp et Tsutaya se poursuivra, puisqu'il est également accessible depuis une partie des téléphones portables conçus par le groupe, en l'occurence les modèles reposant sur le système d'exploitation Android du géant américain de l'internet, Google.

Sharp est en outre le plus important fabricant de mobiles au Japon.