(Auckland, Nouvelle-Zélande) Pour une deuxième année d’affilée, Eugenie Bouchard a été incapable de franchir la ronde quart de finale à la classique ASB à Auckland, en Nouvelle-Zélande.

La Presse canadienne

Bouchard, classée au 262e rang mondial après une saison 2019 au cours de laquelle elle a dégringolé au classement, a perdu 6-2, 3-6, 6-4 face à l’Américaine Amanda Anisimova, troisième tête de série.

La Montréalaise, âgée de 25 ans, n’a pas réussi cette fois à renverser une tête de série (Anisimova occupe le 25e rang mondial) pour un deuxième match de suite.

Bouchard, ancienne cinquième joueuse mondiale, avait eu raison de la Française Caroline Garcia, no 8, 6-4, 6-4 au deuxième tour.

Bouchard, qui a perdu 12 matchs d’affilée au premier tour à un certain moment l’an dernier, devrait se hisser à la 211e place du prochain classement, lundi.

La Canadienne a connu du succès au tournoi d’Auckland par le passé. En plus d’atteindre les quarts de finale en simple l’an dernier, elle y a également remporté le titre en double avec l’Américaine Sofia Kenin.

La séquence de deux victoires cette semaine se veut une première pour Bouchard à un tournoi plus relevé que la série 125K (le niveau le plus bas du circuit WTA) depuis février dernier à Dubaï.

Pendant ce temps, Serena Williams et Caroline Wozniacki se sont toutes deux qualifiées pour les demi-finales en simple, puis ont prolongé leur première association en se qualifiant pour la finale du double.

Williams a défait Laura Siegemund 6-4, 6-3 et Wozniacki a battu la double tenante du titre Julia Goerges 6-1, 6-4 en quarts de finale.

Les deux joueuses affronteront des Américaines en demi-finale samedi ; Wozniacki a rendez-vous avec Jessica Pegula et Williams jouera contre Anisimova.

Williams et Wozniacki ont ensuite fait équipe pour vaincre Kristen Flipkens et Alison van Uytvanck 7-6 (9), 6-2 et atteindre leur première finale en double. Le duo, deux très bonnes amies, joue en double ensemble pour la première fois en carrière.

Wozniacki prendra sa retraite après les Internationaux d’Australie et, avec Williams, a saisi la dernière occasion de leur longue carrière pour jouer en double.

Les résultats de vendredi laissent entrevoir la possibilité que le duo puisse se retrouver en finale du simple dimanche, puis elles devront ensuite unir leurs efforts en finale du double.

« Je l’ai déjà fait avec ma sœur (Venus) et nous sommes toujours très proches. Je suis donc certaine que Caroline et moi, nous demeurerons toujours de très bonnes amies », a précisé Williams.

Williams a dû surmonter un vent tourbillonnant sur le court central pour surmonter un bris à la deuxième manche avant de vaincre Siegemund. Elle s’est distinguée sur les points cruciaux, convertissant trois de ses cinq balles de bris.

Siegemund, qui a éliminé la jeune Américaine Coco Gauff au deuxième tour, a tenu tête à Williams avec son jeu varié, mais elle n’a pu répondre à la puissance de la championne de 23 manches du Grand Chelem.

« La variété de son jeu fait qu’elle n’est vraiment pas facile à affronter et les conditions n’ont vraiment pas aidé, a expliqué Williams. Oh, c’est bon d’avoir réussi à passer à travers. »

Wozniacki s’est montrée convaincante pour s’imposer face à Goerges, championne 2018 et 2019 à Auckland. Elle a dominé le jeu au service et a donné à Goerges peu d’occasions d’entrer dans le match.

« J’ai eu tellement de matchs difficiles contre Julia dans le passé et je savais que celui-ci allait l’être tout autant, a confié Wozniacki. J’ai bien servi cette semaine, alors j’espère que cela pourra continuer. »