L’entrepreneur canadien Sanjay Malaviya a fait un don historique de 1,2 million de dollars en soutien direct aux médaillés olympiques et paralympiques canadiens aux Jeux de Tokyo 2020 et de Pékin 2022.

Mis à jour le 30 mars
Katherine Harvey-Pinard
Katherine Harvey-Pinard La Presse

Au total, 130 athlètes olympiques et 53 athlètes paralympiques recevront une bourse grâce à ce don, ont annoncé la Fondation olympique canadienne et la Fondation paralympique canadienne, mercredi midi. Un net changement de cap notamment pour les athlètes paralympiques, qui ne recevaient pas un sou pour leurs médailles, une situation soulevée plus tôt ce mois-ci dans un dossier paru dans La Presse.

Lisez aussi : À quand la fin de l’injustice ?
Lisez aussi : La pointe de l’iceberg

La ministre des Sports du Canada Pascale St-Onge avait d’ailleurs promis de s’attaquer au problème, mais sollicitait l’appui du secteur privé.

« J’estime que nos paralympiens méritent les mêmes récompenses et le même traitement que les athlètes olympiques, avait-elle dit à La Presse. C’est pour ça que je suis très intéressée à travailler le dossier en partenariat avec le secteur privé ou avec le Comité paralympique pour trouver des solutions avec eux. »

Un montant de 100 000 $ sera également versé au programme pour la prochaine génération afin de « contribuer au soutien de futurs athlètes olympiques ou paralympiques », indique-t-on.

« Les athlètes olympiques et paralympiques canadiens nous ont inspirés et réunis pendant une période très difficile, soutient Malaviya, entrepreneur de technologie de soins de santé, dans un communiqué. C’est un honneur de pouvoir célébrer leurs réalisations et d’investir dans leur avenir. »

La chef de la marque et des affaires commerciales du Comité olympique canadien et chef de la direction de la Fondation olympique canadienne, Jacquie Ryan, qualifie ce don de « remarquable, particulièrement en raison des défis auxquels les athlètes d’Équipe Canada ont été confrontés au cours des dernières années ».

Pour le paraskieur nordique Mark Arendz, quadruple médaillé aux Jeux de Pékin, il s’agit d’un « progrès important dans la reconnaissance des athlètes paralympiques canadiens qui travaillent et s’entraînent tellement durement pour concourir sur la scène mondiale ».

« Je suis optimiste que la générosité de Sanjay servira de catalyseur en vue d’une plus grande équité pour les athlètes canadiens ayant un handicap et qui représentent notre pays aussi fièrement », ajoute-t-il.

Quant à Abigail Strate, membre de l’équipe de saut à ski médaillée de bronze à l’épreuve par équipes mixtes aux Jeux de Pékin, elle se dit reconnaissante pour ce soutien.

« Pour rivaliser à l’échelle mondiale, les athlètes ont besoin d’accéder au meilleur équipement, ainsi qu’aux meilleurs services et aux meilleures installations, ce qui sans l’ombre d’un doute exige un soutien financier. Comme membre de l’équipe canadienne de saut à ski, je vis à l’étranger pour profiter d’un accès régulier à des installations d’entraînement », affirme-t-elle.