La sortie controversée de Don Cherry, samedi dernier, aura été la dernière de sa carrière télévisuelle.

Simon-Olivier Lorange Simon-Olivier Lorange
La Presse

Le mythique commentateur sportif a été congédié lundi après-midi par le réseau Sportsnet, propriété du géant des télécommunications Rogers. En ondes depuis presque 40 ans, l’ex-entraîneur des Bruins de Boston s’en est pris aux personnes immigrantes le week-end dernier dans le cadre du segment Coach’s Corner, présenté depuis des années pendant le premier entracte des matchs du samedi soir.

À l’approche du Jour du Souvenir, M. Cherry, 85 ans, a déploré que dans les régions de Toronto et de Mississauga, «peu de personnes» arboraient le coquelicot, symbole de soutien aux vétérans des Forces armées canadiennes. Plus de la moitié des résidants de la grande région de Toronto sont issus de minorités visibles.

M. Cherry a fait remarquer que les personnes immigrantes «pourraient bien payer deux dollars pour un coquelicot».

«Vous, qui êtes venus ici, adorez notre mode de vie. […] [Les vétérans] ont payé pour votre vie que vous aimez ici», a-t-il ajouté.

Dans un communiqué publié lundi après-midi, le président de Sportsnet, Bart Yabsley, a confirmé le départ de Don Cherry.

«Le sport unit les gens, ne les divise pas. Après des discussions […], il a été décidé qu’il était temps pour lui de quitter immédiatement son poste.»

M. Yabsley a décrit les remarques de M. Cherry comme «clivants» et a précisé qu’elles ne représentaient pas les «valeurs» du réseau. Il a tout de même tenu à souligner le rôle qu’a joué le controversé commentateur «dans le développement du hockey depuis 40 ans».

Dans une entrevue à chaud publiée par le Toronto Sun, Cherry n’a exprimé aucun regret par rapport à ses propos.

«Je sais ce que j’ai dit et je le pensais, a-t-il dit. Tout le monde au Canada devrait porter un coquelicot pour rendre hommage à nos soldats tombés au combat.»

Selon lui, son intervention n’était ni raciste ni partisane, mais bien «patriotique et respectueuse de nos troupes».

Critiques et excuses

Les critiques ont fusé de toutes part pendant le week-end à la suite de l’intervention de Cherry à Hockey Night in Canada, émission emblématique du paysage télévisuel canadien.

«Ces commentaires sont injustes et carrément faux», a notamment écrit sur Twitter le maire de Toronto, John Tory.

L’animateur Ron MacLean, qui partage le segment Coach’s Corner avec Cherry, a quant à lui présenté ses excuses pour ne pas être intervenu pendant la sortie de son collègue.

«Don Cherry a fait des remarques blessantes et discriminatoires, a-t-il dit dimanche en ouverture de l’émission Hometown Hockey. La diversité est une force de ce pays. Je vous dois des excuses pour ne pas avoir réagi ou répondu [à Cherry]. Merci de me l’avoir souligné.»

Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CRTC) a été inondé de plaintes, au point de dépasser sa «capacité technique» de traitement de requêtes du genre. Il n’est donc plus possible de déposer de plainte jusqu’à nouvel ordre.

Des voix se sont néanmoins élevées pour soutenir M. Cherry. Le média d’extrême droite The Rebel a lancé une pétition en support au controversé personnage et a déjà recueilli plus de 15 000 signatures – des milliers se sont ajoutées dans les minutes suivant l’annonce de son congédiement.

Longue carrière

PHOTO RÉAL ST-JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Les entraîneurs Don Cherry et Scotty Bowman lors de la Coupe Canada en 1976.

Né en 1934, Donald Cherry a connu une carrière de joueur qui a duré deux décennies dans les années 50 et 60, mais n’a jamais atteint la LNH.

C’est toutefois comme entraîneur qu’il s’est surtout fait connaître. De 1974 à 1979, il a passé cinq saisons derrière le banc des Bruins de Boston, atteignant deux fois la finale de la Coupe Stanley – sans toutefois jamais la gagner. Congédié au terme de la campagne 1978-1979, il a été embauché par les Rockies du Colorado. Ceux-ci n’ont remporté que 19 de leurs 80 matchs pendant la seule saison qu’y a passée Cherry.

Il a presque immédiatement fait le saut vers un poste à la télévision. C’est le réseau CBC, qui diffusait alors Hockey Night in Canada, qui a donné sa chance à celui qui est rapidement devenu l’une des figures les plus connues du sport au pays. Ses complets extravagants et colorés sont devenus sa signature. En 2004, il a figuré au septième rang des plus importantes personnalités canadiennes établies par CBC, devant, entre autres, Wayne Gretzky et le premier premier ministre du Canada John A. MacDonald.

ARCHIVES PC

Don Cherry et Ron MacLean lors du dévoilement de leur étoile sur l'Allée des célébrités canadiennes (Canada's Walk of Fame) en 2016.

Ouvertement adepte du jeu robuste et ardent défenseur des bagarres, Cherry a multiplié les sorties controversées au cours des années, critiquant ouvertement les joueurs québécois francophones et les Européens. En 2004, il leur a notamment reproché de porter la visière, ce qui lui avait valu un barrage de critiques.

Il a de toujours mis de l’avant une vision conservatrice du hockey : la saison dernière, il a traité de «bande d’idiots» (bunch of jerks) les joueurs des Hurricanes de la Caroline qui s’adonnaient à une célébration de victoire originale.

De 1989 à 2018, il a connu un grand succès en commercialisant les vidéos Don Cherry’s Rock’Em Sock’em, compilations de faits saillants et de mises en échec brutales vendues d’abord sur format VHS puis sur DVD.

ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Don Cherry en 1996

Sur le plan politique, il a plus d’une fois vanté les initiatives du gouvernement conservateur de Stephen Harper. Il était par ailleurs un proche de feu Rob Ford, ex-maire de Toronto. Au cours des dernières années, il s’est attaqué aux tenants de la gauche et s’est affiché comme climatosceptique.

Résolument pro-armée, il a férocement critiqué le gouvernement canadien pour ne pas avoir appuyé l’invasion américaine en Irak de 2003, il a plus tard été nommé membre honoraire à vie de la Légion royale canadienne avant de recevoir, en 2008, le Médaillon des Forces canadiennes pour service distingué. Cette distinction est décernée par le Chef d’état-major de la Défense. Il s’est même rendu en Afghanistan, en 2010, pour y faire une visite surprise aux soldats canadiens.