On dit souvent que toute bonne chose a une fin, et c’est aussi vrai dans le monde du sport professionnel. Même quand ça concerne la plus grande équipe de basketball de tous les temps.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

Voilà, en gros, de quoi il est question dans le très attendu documentaire The Last Dance (La dernière danse), qui sera diffusé par ici sur la plateforme Netflix à partir du lundi 20 avril. Cette colossale série, qui se décline sur un total de 10 épisodes, suit à la trace la dernière saison de Michael Jordan avec les Bulls de Chicago dans la NBA, en 1997, une équipe qui est largement considérée comme la meilleure de l’histoire du basketball.

Ce n’est pas la première fois que quelqu’un s’attaque à ce genre de projet, mais dans le cas qui nous concerne, c’est la première fois que le sujet est abordé de manière aussi spectaculaire et inédite. C’est que le propriétaire des Bulls, Jerry Reinsdorf, et l’entraîneur d’alors, le légendaire Phil Jackson, ont permis au directeur Jason Hehir et à son équipe de les suivre pas à pas et partout lors de cette saison 1997, le genre d’accès privilégié qu’on peine à imaginer aujourd’hui.

« Michael Jordan et les Bulls des années 90 n’étaient pas seulement des superstars du sport, ils étaient un phénomène mondial, a observé Hehir dans un communiqué. Pendant près de trois ans, nous avons fouillé afin de pouvoir un jour présenter le récit définitif de cette dynastie marquante de son époque, et de présenter le côté humain de ces héros du sport. »

Une marque indélébile

Car on peut dire que Jordan et les Bulls des années 90 ont marqué le monde, en effet, et pas seulement celui du sport. Ce club, avec ses six championnats (trois de suite avant la première retraite de Jordan, puis trois autres de suite à partir de son retour sur le court, en 1995-1996), est soudainement devenu un phénomène culturel, et le logo des Bulls était partout sur la planète lors de ces belles années. « Le spectacle des années 90, l’équipe des années 90 », résume le comédien Jerry Seinfeld dans l’une des scènes du documentaire.

Au moment d’écrire ceci, il n’avait pas été possible de visionner le documentaire en entier, mais les extraits disponibles laissent croire à une production immense, qui permet de remonter le temps et d’infiltrer le quotidien des Bulls de 1997, mais qui permet aussi, toutes ces années plus tard, de revenir à l’arrière-scène avec plusieurs des acteurs principaux de l’époque qui se placent devant la caméra pour se confier.

C’est pour toutes ces raisons que le lancement de cette série, devancé de près de deux mois par rapport à la date de départ, a toutes les allures d’un événement. Selon la rumeur, le réseau ESPN avait ces images en banque depuis des années, sans jamais avoir pu obtenir le feu vert de Jordan pour les diffuser. Et puis voici que maintenant, on ne sait trop pourquoi, le feu vert a enfin été obtenu. Mieux vaut tard que jamais, dit-on.

Après tout ça, on comprend que The Last Dance est à ne pas rater. Pour les fans de basket, mais aussi pour pas mal tout le monde.

The Last Dance sur Netflix

Horaire de diffusion :
Lundi 20 avril – minuit une, épisodes 1 et 2 Lundi 27 avril – minuit une, épisodes 3 et 4
Lundi 4 mai – minuit une, épisodes 5 et 6
Lundi 11 mai – minuit une, épisodes 7 et 8 Lundi 18 mai – minuit une, épisodes 9 et 10