(Los Angeles) Débuts perdants pour Milwaukee et Giannis Antetokounmpo, qui a manqué un lancer franc crucial à la dernière seconde à Boston, mercredi lors de l’affiche d’une 2e journée marquée par le report de Houston-Oklahoma City, premier match de la saison NBA victime du coronavirus.

Agence France-Presse

Tatum ne tremble pas, Giannis si

Les derniers instants ont été chauds bouillants au TD Garden où Boston s’est imposé d’un rien 122-121.  

Et nul doute que s’ils avaient pu être présents, les admirateurs des Celtics en auraient hurlé de joie à voir d’abord Jayson Tatum inscrire un panier à trois points, avec l’aide de la planche, après s’être défait de la défense de Giannis Antetokounmpo, pour mener 122-120 avec 1 sec 5/10 restante à jouer. Ils auraient aussi exulté et certainement chambré ce dernier, qui, dans la foulée, a raté le second de ses deux lancers francs pour égaliser.  

Frustrant pour le double MVP en titre, auteur au final de 35 points, 13 rebonds, mais aussi 7 balles perdues. Frustrant aussi pour les Bucks, qui comptaient 17 points de moins à l’entame du dernier quart-temps et se sont réveillés en vain, grâce aussi aux 25 pions de la recrue Jrue Holiday.

Pour Boston, outre les 30 points de Tatum, ceux de Jaylen Brown (33) ont évidemment pesé lourd.

Triples doubles perdants

Premier match avec Washington et premier triple double (21 pts, 15 passes, 11 rbds) pour Russell Westbrook le spécialiste du genre, MVP de la saison 2017. Prometteur, notamment dans son association avec Bradley Beal (31 pts), mais insuffisant pour empêcher la défaite à Philadelphie (113-107).

Les Sixers, désormais entraînés par Doc Rivers, étaient pourtant menés de dix points après trois quarts. Mais le pivot camerounais Joel Embiid (29 pts, 14 rbds) a alors pris les choses en main et permis aux siens de prendre l’avantage au score d’un panier à 1 min 9 sec de la fin du match.

À Denver, Nikola Jokic a également réussi un « TD » (29 pts, 15 rbds, 14 passes), mais là non plus, ça n’a pas suffi pour éviter le revers des Nuggets face à Sacramento (124-122) après prolongation.

D’autant que l’intérieur serbe a facilité la tâche des Kings, puisqu’il a perdu le ballon sur l’ultime possession, pressé par Harrison Barnes. Sur l’interception, ce dernier a ensuite manqué son double pas, mais Buddy Hield (22 pts) a parfaitement suivi pour entrer le panier de la victoire d’une claquette.

Orlando cueille le Heat à froid

Finaliste de la dernière saison, Miami a subi la loi du Magic (113-107), qui a fini plus fort la rencontre grâce notamment aux 25 points du Français Evan Fournier, auteur de quelques paniers décisifs dans le money time.

Côté Heat, le pivot Bam Adebayo a aussi compté 25 unités (11 rbds), Jimmy Butler en ajoutant 19 (7 rbds, 7 passes), mais leur équipe a légitimement manqué de gaz, 72 jours après la dernière défaite face aux Lakers.

Le Jazz déjà dans le rythme

Utah s’est imposé avec autorité aux dépens de Portland (120-100). L’homme fort a été Rudy Gobert côté Jazz : en mode « Gobzilla », le pivot français, qui vient de décrocher le troisième plus gros contrat de la ligue (205 millions de dollars), a été ultra-dominant dans la raquette (20 pts, 17 rbds).

L’autre duel entre outsiders ambitieux à l’Ouest a viré à l’avantage de Phoenix face à Dallas (106-102). Le meneur Devin Booker (22 pts), décisif dans les dernières minutes, a eu le dernier mot sur Luka Doncic (32 pts, 8 rbds, 5 passes).

Ils ont cartonné

Le talentueuxe Ja Morant, auteur de 44 points (18/27 aux tirs) pour Memphis, défait à domicile par San Antonio (131-119). Avec en prime l’action de la soirée, quand il a envoyé le ballon sur le panneau pour le récupérer aussitôt et effectuer un lancer coulé.  

Le meneur Terry Rozier, qui a réussi 42 points avec dix paniers derrière l’arc, lors du revers de Charlotte à Cleveland (121-114).

La jeune vedette d’Atlanta, Trae Young, dont les 37 points ont contribué au large succès des Hawks sur le parquet de Chicago (124-104).